Le leader mondial des étiquettes en étain est implanté en Dordogne

Chanteurs américains, marques de parfum, spécialistes du cosmétique et distilleries ont un secret pour booster leurs ventes : des étiquettes en étain faites sur mesure par une entreprise en plein boom : Applic’Etain. Succès made in Périgord !

© Applic'Etain
Sur la route de la Maladrerie à Nontron, un bâtiment vert et rouge, sans publicités autour. Personne ne se doute qu’ici s'est établi le leader mondial de l'étiquette en étain. 80% de la production d'Applic'Etain est vouée à être exportée aux Etats-Unis, en Australie, en Chine, en Espagne… 

Leader mondial

Si le produit marche si bien, c’est parce qu’il s’agit d’une niche. « Il n’existe que deux entreprises au monde à faire des étiquettes en étain » affirme le gérant, en prenant bien soin de taire le nom de son concurrent. « Mais nous restons leader mondial dans notre domaine. » Il y a au moins une chose qu’Applic’Etain est la seule à offrir à ses clients : « des étiquettes en étain colorées selon la volonté du client » ajoute Georges Condé, l'opérateur en charge de la métallisation de l'étain. Pour y parvenir, l’entreprise a investit, il y a deux ans, dans une machine de pointe à 700 000€.

Autre marque de fabrique : les bobines d’étiquettes avec autant de motifs que le client le désire. Car pour l’entreprise, le but est de fidéliser la clientèle. « C’est très rare que nous produisions des étiquettes pour des personnes privées » précise Thierry Vandenbosch. « Ca peut arriver, pour un mariage ou un baptême mais en général, on évite de se marier 500 fois, donc ça ne nous arrange pas ! » plaisante-t-il.

Le numérique et l’artisanat

Le bruit assourdissant des machines de l’usine d’Applic’Etain prouve bien que la production est en partie mécanique : dessins 3D, imprimantes numériques, graveuses automatiques… elle est bien équipée.
Mais le reste est fait à la main. « Aucune étiquette ne ressemble à une autre… elles sont patinées à la main » explique Thierry Vandenbosch. Le but est de garder un certain savoir-faire artisanal. « J’aime à croire que c’est notre plus-value » reconnaît le gérant.

Un savoir-faire vieux de trois générations

J’ai commencé dans mon garage avec une vieille presse que j’ai toujours 

se souvient Thierry Vandenbosch, le créateur d’Applic’Etain. Et depuis, son entreprise n’a cessé de s’agrandir. En juillet, lui et ses 26 salariés ont déménagé dans de nouveaux locaux. « Nous sommes passés de 700m² à 4000m² »… et comme son exploitation, ses bénéfices fleurissent « En 2015, nous faisions un chiffre d’affaire de 4 millions d’euros et pour cette année, nous attendons une augmentation de 30 à 40% » ajoute le créateur de la marque. L’entreprise a bien trouvé un moyen de transformer l’étain, en or.
durée de la vidéo: 01 min 33
Applic etain ©France 3 Périgords



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
artisanat économie