L'artificier Brézac condamné pour le décès de deux employés en 2016

L'entreprise de feux d'artifice de Dordogne a été reconnue responsable de la mort accidentelle de deux de ses employés en juin 2016. Elle a été condamnée à près de 44 500 €uros d'amendes dont 20 000 avec sursis

En juin 2016, deux employés de l'artificier Brézac avaient trouvé la mort dans l'explosion de 40 kg d'explosifs
En juin 2016, deux employés de l'artificier Brézac avaient trouvé la mort dans l'explosion de 40 kg d'explosifs © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Delphine Roussel-Sax

Le tribunal de Bergerac a finalement reconnu la responsabilité de l'artificier dans le décès accidentel de deux de ses salariés. Les faits remontent au 29 juin 2016, en pleine période de préparation de la saison estivale. Lors de la manipulation sur un site de stockage à Monfaucon, 40 kg d'explosifs avaient détonné après être tombés d'un chariot élévateurs conduit par Jean-Marie Armbruster. L'homme âgé de 48 ans, employé régulier, et Michel Abid, 50 ans, interimaire embauché quelques jours plus tôt, étaient morts sur le coup. Voir le compte-rendu ci-dessous.

Mardi 15 décembre, leTribunal Correctionnel de Bergerac avait commencé à juger l'affaire et a donc rendu ses conclusion ce mardi 23 février. L'entreprise de feux d'artifice a été jugée coupable de double homicide involontaire et devra payer 40 000 €uros d'amende dont 20 000 avec sursis, somme à laquelle s'ajoutent 4 500 €uros d'amendes pour plusieurs infractions à la sécurité au travail et non-respect des mesures de sécurité imposées aux sites classés SEVESO dont elle fait partie. 

Comme soutenu par l'accusation, c'est sur le respect de la réglementation que s'est basé le Tribunal de Bergerac pour condamner la société. L'usage d'un chariot élévateur n'étant pas adapté au transport des explosifs. La peine a été légèrement moins lourde que celle requise (50 000 €uros dont 20 000 avec sursis), mais il reste un autre volet à étudier, celle des indemnités dûes aux familles des victimes pour le préjudice causé.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société