• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Fermeture de la scierie Gascogne à Belvès (24) confirmée : 38 emplois sur le billot

© France 3 Périgords - Philippe Niccolaï
© France 3 Périgords - Philippe Niccolaï

Plus de 3 ans que l'épée de Damoclès frôle la tête des employés du groupe Gascogne sur le site de Belvès. Spécialisé dans la transformation de bois, le site va disparaître pour cause de délocalisation. La nouvelle a été annoncée aux employés ce mardi midi

Par Pascal Faiseaux

Ces briquettes sont la fierté des employés de Belvès / © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Bertrand Lasseguette
Ces briquettes sont la fierté des employés de Belvès / © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Bertrand Lasseguette
C'est la fierté des 38 salariés de l'usine dont certains travaillent ici depuis 35 ans. Les USA et Canada adorent ces briques pour déco murale créées à Belvès, en Dordogne. Mais les 39 salariés de Gascogne Bois, la scierie de Belvès, vont cependant devoir fermer boutique. Et une vingtaine d'autres employés sur le site Lot-et-Garonnais de Marmande sont aussi concernés.

Leur emploi va partir en fumée pour cause de délocalisation d'ici l'année prochaine.

En cause un déficit de 7,3 millions d'euros accusé par Gascogne Bois l'an dernier qui pousse la direction à la fermeture de ces sites dès cet été. C'est ce qu'elle a annoncé aux syndicats ce lundi et confirmé ce midi à l'occasion d'un CE exceptionnel. Les employés craignent qu'il n'y ait pas de repreneur, malgrè les recherches entreprises par la direction.

La scierie de Belvès va fermer, 38 emplois vont disparaître


Seule alternative pour échapper au chômage : partir vers l'autre site de l'entreprise, à Castets dans les Landes, qui récupérerait un tiers de la production. Le reste serait confié à un site portugais. Mais partir est un choix impossible pour une grande partie d'entre eux, installés ici avec famille et maisons.
La scierie de Belvès fermera : 38 emplois en jeux

En dépit de cette nouvelle catastrophique pour eux, les employés qui n'étaient pas en grève ont repris le travail normalement à 14h.

Les salariés de l’ex-entreprise Imberty créé par Jean-Luc Imberty dans les années 80 ont été intégrés dans le groupe landais Gascogne. Ils font partie des plus de 2 000 personnes employées par ce groupe confronté à un lourd endettement et sous perfusion depuis plusieurs années.

En direct, la situation à l'usine Gascogne de Belvès

 

Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus