Témoignage : 78 ans après l'exode, il revient en Dordogne

© Elsa Arnould
© Elsa Arnould

Pendant la seconde guerre mondiale, Gérard Ridelaire a quitté le Nord pour se réfugier à Saint-Médard-de-Mussidan. 78 ans après et pour la première fois, il retourne en Dordogne. 

Par Elsa Arnould

"Voilà, c'est ici ! Il y avait une grande table, et toutes les personnes qui travaillaient à la ferme venaient y manger la soupe !" Son visage a pris quelques rides, mais ses souvenirs sont restés intacts. À 92 ans, Gérard Ridelaire, affectueusement surnommé "Pépère" par sa famille, revient en Dordogne. La première fois, c'était en juin 1940, il avait alors 13 ans.

"Après avoir traversé la Belgique, les allemands ont bombardé les villes du nord de la France. Je peux vous dire que quand on voit sa ville en feu, on a envie de se sauver le plus rapidement possible ! C'est ce qu'on a fait". Effrayés, Pépère et sa famille quittent leur village de Douzies près de Maubeuge. 

Ensemble, ils montent dans une locomotive, direction Paris. Après avoir séjourné quelque temps chez des cousins à Orléans, les Ridelaire reprennent la route, direction Vierzon. Arrivés là-bas, les militaires les entassent dans un wagon de marchandise. Leur nouvelle direction est inconnue. "Nous sommes arrivés dans cette gare que nous ne connaissions pas." C'était le terminus, ils sont descendus. 
 
Juin 1940, Gérard Ridelaire quitte le Nord vers le sud de la France

La gare, c'est celle de Mussidan. Pépère et sa famille sont alors pris en charge par la mairie. Très vite, la solidarité s'organise pour ces exilés venus du nord. La famille est accueillie par des fermiers de Saint-Médard-de-Mussidan. Logé dans la buanderie, Pépère participe alors aux travaux de la ferme. "Dans le pigeonnier, on gavait les canards ! J'avais peur de leur faire mal" se souvient-il. 
 
78 ans après l'exode, Gérard Ridelaire remercie sa terre d'accueil, le Périgord

Un an après après son exil en Périgord, Pépère retourna dans le Nord. Il entra dans une usine comme ajusteur tourneur. Pendant dix ans, tout en travaillant, il suivit des cours du soir. Il devint ingénieur en sidérurgie et n'aura jamais plus l'occasion de se rendre en Dordogne. 

Aujourd'hui, soit 78 ans après, Pépère revient sur les traces de son enfance. Accompagné par ses trois fils, ses huit petits-enfants et ses douze arrières-petits-enfants, il redécouvre les lieux où il a vécu en 1940. Un voyage organisé par Lucie, sa petite-fille. Très proche de son grand-père, elle a voulu reconstituer le puzzle de cet exode. "Aujourd'hui, certaines personnes se plaignent des réfugiés. J'ai voulu mettre en évidence l'histoire de mon grand-père qui était réfugié dans son propre pays !"

Avec la participation de l'historien et ethnologue Patrice Rolli, Lucie a reconstitué avec exactitude le périple de son grand-père. Et pour que cette histoire ne tombe pas dans l'oubli, elle a rédigé un livre à destination de sa famille. Et qui sait, peut-être qu'un jour nous aurons la chance de le trouver en librairie ! 
 
À 92 ans, Gérard Ridelaire revient en Périgord, près de huit décennies après l'exode

Sur le même sujet

Le député LREM expulsé du Sommet de l'élevage

Les + Lus