• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Périgueux : une journée en discothèque pour soutenir Clémence Rouher qui se bat pour récupérer ses enfants

Depuis neuf mois, Clémence Rouher est à Beyrouth, où elle se bat sans relâche pour récupérer ses deux filles, enlevées par leur père en avril 2018. / © Nicolas Lux
Depuis neuf mois, Clémence Rouher est à Beyrouth, où elle se bat sans relâche pour récupérer ses deux filles, enlevées par leur père en avril 2018. / © Nicolas Lux

Dimanche 02 juin, la boîte de nuit La Loca à Périgueux ouvrira exceptionnellement ses portes. Au programme, une boum pour les enfants et une soirée années 80 pour les adultes. Un événement organisé au profit de Clémence Rouher, dont les filles ont été enlevées et emmenées au Liban par leur père. 

Par Elsa Arnould

La solidarité continue pour venir en aide à Clémence Rouher, journaliste à France 3 Périgords. Cette maman se bat depuis plus d'un an pour récupérer ses deux filles, Yasmine et Salomé, enlevées et emmenées au Liban par leur père en avril 2018. Installée à Beyrouth depuis neuf mois, elle a entamé une longue bataille judiciaire. Longtemps au point mort, la situation semble aujourd'hui évoluer, comme l'explique Clémence, contactée par téléphone. 
 


Vers un tournant majeur ?

Pour faire valoir ses droits, Clémence Rouher a saisi la Cour de cassation libanaise. Elle espère que dans les prochains mois, la Cour se prononcera pour invalider les décisions judiciaires prises par les autorités religieuses (en charge des affaires familiales dans le pays) au profit des jugements qui ont déjà été pris en France. Car depuis 2011, 16 décisions de justice ont toujours confirmé que le droit de garde des enfants revenait à Clémence Rouher. Par ailleurs, le père des enfants a été condamné à 6 mois de prison ferme pour non-représentation d'enfants et abandon de famille. 

"Ce serait un tournant majeur pour moi, car enfin seraient reconnues toutes les décisions qui ont été prises en France. Ce serait aussi une révolution pour toutes les personnes qui sont dans ma situation, puisque ça reconnaîtrait la supériorité des décisions prises à l'étranger concernant les gardes d'enfants."
 
Clémence Rouher entourée par ses deux filles, Yasmine et Salomé, enlevées par leur père en Avril 2018.
Clémence Rouher entourée par ses deux filles, Yasmine et Salomé, enlevées par leur père en Avril 2018.


Déjà 60.000 euros dépensés

Les démarches entreprises par Clémence sont coûteuses. Entre son loyer à Beyrouth, ses frais de justice et la rémunération de l'assistante sociale, elle a déjà déboursé 60.000 euros.

Je pense qu'il me faut encore une dizaine de milliers d'euros 

Après un concert organisé au Sans Réserve par ses amis et l'association Femmes Solidaires, un nouvel événement aura lieu dimanche 02 juin pour l'épauler financièrement. Au programme, une journée et une soirée en discothèque, pour petits et grands. 
 

Touchés par la situation de Clémence, José Rodrigues Marques et Nadia Narezzi, les patrons de La Loca mettent à disposition leur personnel et leur boîte de nuit gracieusement. En janvier dernier, lors du concert au Sans Réserve, ils avaient déjà offert les services de leurs agents de sécurité.

Nous sommes parents nous aussi ! Nous nous sommes dits qu'il fallait absolument l'aider, la soutenir ! 

À Périgueux, la boîte de nuit La Loca sera exceptionnellement ouverte dimanche 02 juin ! / © Elsa Arnould
À Périgueux, la boîte de nuit La Loca sera exceptionnellement ouverte dimanche 02 juin ! / © Elsa Arnould


Je remercie infiniment tous les gens qui ont participé jusqu'à présent 

Depuis Beyrouth, Clémence observe avec beaucoup d'émotion l'élan de solidarité qui s'est organisé autour d'elle.

Ça m'a porté et ça m'a aidé concrètement au quotidien, c'est incroyable !


En parallèle, une cagnotte est toujours en ligne pour aider Clémence. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Master d'Hasparren de pelote basque : la blessure impressionnante de Peio Larralde

Les + Lus