"La radio locale a de très beaux jours devant elle !" Happy Radio, la radio libre de sauvée des ondes à Bergerac

La radio libre Happy radio, anciennement Bergerac 95, a failli disparaître en 2021. Avec la possibilité d'émettre prochainement sur 80% du département, elle affiche de sérieuses ambitions

Info, musique et bonne humeur toute la journée au cœur de la Dordogne. Voici, simple et efficace, la ligne éditoriale de Happy Radio, anciennement Bergerac 95. Diffusée sur Internet et sur la bande FM à Bergerac, à Périgueux et, à partir de septembre, à Sarlat, elle est l'une des rares radios locales à avoir conservé sa place sur les ondes, après les multiples naufrages des radios libres nées dans les années 80.

La grande époque

Voulue par l’ancien maire de Bergerac Michel Manet, celle qui s'appelait alors Bergerac 95 surfait à l'époque sur cette déferlante de légalisation des radios pirates. Son format associatif promettait les valeurs communes à ses collègues : proximité, indépendance, réactivité, simplicité. Elle souffrait aussi des mêmes fragilités, une gestion locale par des bénévoles, des ressources dépendantes de rentrées publicitaires aléatoires et, dans son cas, d'un soutien financier de la municipalité nécessaire, mais incertain.

Rififi sur les ondes

Début 2021, après 40 ans d'aventure, en pleine crise sanitaire, c'est la plongée. Dans un contexte de recadrage budgétaire et de réorientation politique, l'équipe municipale de Jonathan Prioleaud ampute de 35 000 euros les subventions de Bergerac 95. Les subventions de 100 000 euros à l'origine baisseront de 25 000 euros chaque année pour disparaître en 2024. Dans la tourmente financière, l'association menace de sombrer. En février, les deux journalistes dont les pages d'information locale font la crédibilité de la radio sont mises au chômage partiel. La radio tente de trouver des fonds via une cagnotte en ligne.

Nouveau souffle

Fin mars 2021, l'agence de communication et de publicité Happy Média de Rodolphe Karmazyn, vieux routier des radios libres, devient partenaire et prend la direction de Bergerac 95. Il était temps, la radio menaçait de déposer le bilan. Dans la foulée, la radio perd son aspect associatif et devient société, elle change de nom pour devenir Happy Radio. La direction se sépare d'un des deux postes de journaliste, renouvelle l'équipe, injecte des fonds, investi de nouveaux locaux et obtient le droit d'étendre sa zone de diffusion sur Périgueux et à partir de septembre sur Sarlat. De locale, la radio devient quasi-départementale. 80% du territoire sera couvert.

L'avenir radieux de la radio locale

Opération choc pour Happy Radio, qui trouve un second souffle à 44 ans. "La radio locale, régionale ou départementale a de très très beaux jours devant elle" sourit Rodolphe Karmazyn. "On est dans un monde mondialisé, sans frontières, il y a une perte de repères, et les gens ont besoin de se raccrocher à ce qui se passe à côté de chez eux, sur leur territoire."  Une vue partagée par Corentin, l'animateur. "On est dans une petite ville, dans un petit endroit. Moi, j'ai envie que les gens comprennent qu'on se connaît tous. On peut tous se lier, d'une manière ou d'une autre, et la radio, ça peut être un vecteur de lien".

Nouveaux débouchés

Sans compter qu'investir un nouveau territoire, c'est trouver de nouveaux annonceurs. Une mission spécialement confiée à une deuxième commerciale fraîchement recrutée. "Ce qu'il faut pour une radio privée, c'est qu'elle arrive à se financer. C'est la publicité, le nerf de la guerre". Une technique parfaitement maîtrisée par ce spécialiste des espaces publicitaires sur les radios. 

Au niveau publicité locale sur un territoire comme la Dordogne, il y a effectivement une place pour un acteur qui soit, comme nous, local, avec une offre départementale.

Rodolphe Karmazyn

C'est reparti pour 40 ans

Aujourd'hui, les animateurs, la journaliste et quelques astuces techniques permettent à Bergerac 95 de diffuser chaque semaine plus de 200 rendez-vous d’information et de rubriques locales. Des partenariats avec des clubs sportifs, des institutionnels et d'autres médias locaux ont été renouvelés et les annonceurs commencent à montrer leur intérêt. Un média qui survit, c'est toujours une bonne nouvelle pour le pluralisme. Happy radio s'écoute sur le 95 Mhz sur Bergerac, le 100.4 à Périgueux, elle s'écoute, se regarde et se lit également dans des articles sur internet.