Sorges, petit village de Dordogne, s'offre un centre d'activité et commercial digne des grands

Publié le Mis à jour le
Écrit par Pascal Faiseaux .

880 m2 flambant neuf de zone commerciale avec parking, un supermarché, une kinésithérapeute, une boulangerie, une boucherie-charcuterie, bientôt une pharmacie, une esthéticienne, etc.  Plus d'un maire rural rêverait d'une telle profusion. À Sorges-et-Ligueux, le rêve est devenu réalité

Jean-Jacques Ratier est un maire heureux. Sa petite commune de moins de 1500 habitants, à une vingtaine de kilomètres de Périgueux en direction de Limoges, possédait déjà une église romane, la réputation d'être la capitale de la truffe, un restaurant et un centre dédiés au précieux champignon, voilà qu'elle vient de s'équiper d'un centre commercial et de services flambant neuf.

Un projet de longue date

Près de 1000 m2 qui accueillent déjà une supérette, un boucher charcutier, une kiné, une boulangerie, et qui devrait bientôt accueillir également une pharmacie, une esthéticienne, un orthophoniste... n'en jetez plus, c'est presque trop ! C'est que le projet a été mûri depuis de longues années (et les terrains achetés depuis 2003), avant d'être réellement mis sur les rails, il y a deux ans. Un partenariat avec Le Grand Périgueux auquel la commune est rattachée depuis 4 ans, et qui a proposé de partager la zone du "Diamant Noir" en deux. Une partie communale face à la RN 21 dédiée aux commerces, et une zone artisanale en retrait. 

Sur la zone artisanale sont prévus un garage (qui quitte le centre du village), une station de lavage et un revendeur de véhicules d'occasion. Et il reste encore de la place, avis aux amateurs.

Chalandise garantie

Pour la partie commerce, 2 Millions d'€uros plus tard, le projet est enfin devenu réalité en fin d'année dernière. Pour réussir le tour de force d'attirer autant d'activités, l'équipe municipale a mis tous ses atouts en avant. Déjà, la commune a le malheur d'être traversée par la très empruntée RN21 qui relie Limoges à Périgueux, voire Bordeaux. Et c'est bien connu, le malheur des uns...  La commune a donc profité de cette exposition pour valoriser un rond-point à l'entrée du bourg. Les centaines de véhicules empruntant l'itinéraire chaque jour sont obligés de ralentir en passant devant. Désormais le centre commercial est inratable, tout comme l'était sa Maison de la Truffe installée juste en face.

Tout aux normes

Ensuite, la petite Coop historique à l'autre bout du bourg s'est vu proposer de migrer de son ancien local "arrivé à bout de souffle" selon les termes même de son gérant, vers une nouvelle surface de 310 m2, équipée d'un parking et entièrement aux normes. Pour la boucherie (120m2), on est allé débaucher un couple d'artisans installés à Coulounieix-Chamiers, bien content lui aussi de profiter de ces nouveaux locaux. Ils étaient d'ailleurs attendus de pied ferme, les Sorgeais et les Sorgeaises n'avaient plus vu de boucherie ouverte dans le village depuis 10 ans ! Ne restait plus qu'à installer une boulangerie-snack au milieu de tout ça (120m2), c'est chose faite !

Exode urbain pour la kiné

Pour la kinésithérapeute, c'est une autre histoire. Céline Croix était installée à Paris depuis 10 ans. Les bouchons, le stress, la pollution ça faisait déjà beaucoup. L'épisode covid a eu raison de ses dernières résistances. Quand elle a vu que la patientèle était garantie, et que pour beaucoup moins cher elle pouvait travailler au calme dans un local deux fois plus grand, elle s'est dit que s'installer là où elle avait l'habitude de passer ses vacances, ce n'était pas une si mauvaise idée que ça ! Et puis, s'installer en libéral dans une zone sous-dotée médicalement, ça permet de toucher une aide à l'installation substantielle de la CPAM (49 000 €uros) et une exonération d'impôts sur 5 ans. Il y a pire, mais c'est plus cher !

Lutter contre le désert... médical

Avec ses conditions d'accueil favorables, la mairie avait déjà convaincu chirurgien-dentiste de s'installer dans un local refait à neuf dans le centre-bourg. La commune possède par ailleurs un médecin traitant, elle attend impatiemment désormais son esthéticienne, son orthophoniste et son pharmacien ! Ce dernier viendra en voisin de Limoges, à 70 km de là, lorsque la pharmacie existante dans le centre cèdera son fonds de commerce. 

Cercle vertueux

La dynamique ne date pas d'hier, mais elle continue à porter ses fruits et a certainement contribuée au succès de cette nouvelle infrastructure. D'ailleurs les résultats commencent à se faire sentir sur la démographie. Avec le déploiement de la fibre optique, le municipalité s'attend à voir son attractivité encore décuplée. Mr le maire est un homme heureux.

Et voici notre reportage vidéo :

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité