Bassin d'Arcachon : un centre de dépistage du COVID-19 à la plage du Petit Nice, un autre à la gare d'Arcachon

Un centre de dépistage du COVID-19 ouvre mardi 21 juillet à la plage du Petit Nice et un second à la gare SNCF d'Arcachon. Objectif : proposer des tests gratuits aux vacanciers. La Gironde est placée en "vulnérabilté modérée" après une augmentation de cas positifs.
Un centre de dépistage gratuit du COVID-19 est installé avant l'accès à la plage du Petit Nice à la Teste-de-Buch (illustration)
Un centre de dépistage gratuit du COVID-19 est installé avant l'accès à la plage du Petit Nice à la Teste-de-Buch (illustration) © France 3 Aquitaine
Faire un test du COVID-19 avant de s'allonger sur sa serviette de plage ou en attendant son train : ce sera désormais possible à la Teste-de-Buch et à Arcachon.

Deux centres de dépistages gratuits ouvrent sur des lieux de passage stratégiques pour prévenir d'une nouvelle propagation du Coronavirus, après une augmentation des cas positifs en Gironde.

Ces centres seront opérationnels mardi 21 juillet : l'un est situé sur le parking de la plage du Petit Nice à La Teste-de-Buch (l'une des plus fréquentées du Bassin d'Arcachon l'été), l'autre sur le parvis de la gare SNCF d'Arcachon.

Seul son numéro de SECU suffit


Pas besoin d'ordonance pour effectuer le test : seul son numéro de sécurité sociale permet de bénéficier de la gratuité.
Les dépistages se font par prélèvement dans le nez. Les résultats sont obtenus sous 24 à 48 heures.

Ces dépistages sont encadrés par des professionnels de la santé, explique Julien Rossignol directeur du Centre hospitalier d'Arcachon qui organise le dispositif avec l'Agence régionale de Santé et les mairies de la Teste-de Buch et d'Arcachon :
 

Sur le parvis de la gare d’Arcachon des médecins libéraux se relairont en semaine de 12h à 14h. Sur le parking de la plage du Petit Nice, des personnels soignants de l'hôpital (médecins ou infirmières) effectueront les prélèvements entre 13h et 15 h tous les jours de la semaine

Julien Rossignol, directeur du centre hospitalier d'Arcachon

En complément de ces dispositifs, un "test drive" reste activé à l'entrée du Centre hospitalier d'Arcachon pour effectuer un prélèvement nasal, sans descendre de son véhicule.

Sur chaque site, le public est invité à se faire dépister et est sensibilisé aux mesures barrières alors qu'un relâchement est constaté au fil des semaines dans les villes très touristiques du Bassin d'Arcachon.

 
Julien Rossignol, directeur du centre hospitalier d'Arcachon
Julien Rossignol, directeur du centre hospitalier d'Arcachon © ch-arcachon
   

Légère hausse de cas positifs en Gironde, une école de Gujan-Mestras concernée


Ce nouveau dispositif de tests est déployé alors que la Gironde est placée en "vulnérabilté modérée" par les autorités sanitaires après une augmentation de cas positifs.

Parmi eux, une jeune fille inscrite à un stage de remise à niveau à l'école Jean de la Fontaine de Gujan-Mestras.
Diagnostiquée positive au Covid-19, les enfants ayant dernièrement fréquentés l'établissement ont été contactés pour effectuer un prélèvement de contrôle. Une centaine de jeunes sont ainsi testés ce lundi 21 juillet au Centre hospitalier d'Arcachon.
 
Dans son dernier bulletin hebdomadaire vendredi 17 juillet, l'Agence régionale de Santé de Nouvelle Aquitaine constate "une légère intensification de la circulation du virus".
En deux semaines, le nombre de tests positifs a doublé passant de 50 cas par semaine fin juin à 104 cas du 6 au 12 juillet.
 

Depuis le 6 juillet, 9 clusters (foyers épidémiques) ont été identifiés dans la région confirmant la circulation active du virus. Cette recrudescence se caractérise par l’identification de chaines de transmission lors de soirées festives privées ou liées à des personnes contaminées de retour de pays avec une forte circulation virale

Agence régionale de Santé de Nouvelle Aquitaine

L'ARS rappelle aussi qu'il est primordial de respecter les gestes barrières même pendant les vacances : distanciation, lavage des mains et port du masque désormais obligatoire dans les lieux publics clos.

 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vacances