Annonce de la fermeture des bars à 22 heures maximum à Bordeaux : les professionnels ne comprennent pas

Aucun bar ne pourra rester ouvert après 22 h dans les zones d'alerte renforcée a déclaré Olivier Véran. La mesure concerne t-elle la Gironde ou seule l'agglomération de Bordeaux ? La préfecture doit le préciser vendredi. Les patrons de bar, qui respectent les protocoles à la lettre, sont furieux.

Pour limiter la propagation de la covid-19 dans les zones rouges en zone d'alerte renforcée, les bars devront fermer à 22 heures maximum
Pour limiter la propagation de la covid-19 dans les zones rouges en zone d'alerte renforcée, les bars devront fermer à 22 heures maximum © Pixabay
"Qu'on sache à quelle heure la covid attaque, à 22h01, c'est génial" commente un patron de bar de la rue Notre-Dame à Bordeaux, extrêmement amer. "C'est complètement irrationnel" ajoute l'un des responsable du Symbiose, sur les quais, un bar cocktails qui sert aussi des repas. "On fait des efforts pour s'adapter et pour finalement en arriver là. On est un peu l'activité sacrifiée depuis le début" se désole t-il.

"On passe pour une profession dangereuse, on nous stigmatise, il faut arrêter, ça suffit" s'emporte le restaurateur bordelais Philippe Etchebest dans une interview sur BFM TV ce matin, très remonté contre les autorités de l'Etat (il sera notre invité dans notre édition de 19 heures sur France 3 Aquitaine). "On nous a demandé d'appliquer des protocoles sanitaires drastiques, on l'a fait. Les tables sont à plus d'un mètre, je perds 30% de capacité comme beaucoup d'autres. Il faut arrêter". 

Son restaurant ne devrait pas être concerné par l'obligation de fermer à 22 heures maximum. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, n'a parlé que des bars dans son discours mercredi soir. Seulement, comme il n'y a pas eu de concertation préalable, les annonces restent floues ce jeudi matin 24 septembre. La préfecture de Gironde en dira plus vendredi lors d'une conférence de presse dont l'horaire n'a pas encore été fixé. Fabienne Buccio, la préfète, veut d'abord échanger avec les élus locaux ce jeudi avant de définir les modalités et le périmètre précis d'application des mesures.
 

Pour l'instant, on ne sait pas si l'ensemble des bars de Gironde sont concernés ou simplement ceux de l'agglomération de Bordeaux.

"S'il y a un périmètre mis en place, les bars juste en dehors vont se retrouver débordés, ils vont devoir embaucher !" ironise Laurent Tournier, le président du syndicat professionnel des restaurateurs et hôteliers (UMIH 33) de Gironde.

Lui aussi a du mal à digérer les nouvelles restrictions. "Je ne comprends pas. Le matin, on nous explique que le département a atteint un plateau dans la propagation du virus, que la vague faiblit, et le soir on nous ferme. Il y a un vrai problème de cohérence".

Il attend des éclaircissements : "si j'ai un bar et un restaurant, je fais quoi ?" interroge t-il. Et déplore "encore une fois" un manque de concertation. "Tout est fait dans l'urgence. Notre standard risque d'exploser aujourd'hui à l'UMIH".

Pourtant Laurent Tournier se dit très satisfait du dialogue instauré avec les autorités locales, mairie, région comme préfecture. "Nous travaillons dans le même sens et partageons les mêmes points de vue à savoir laisser les lieux ouverts mais organisés et bien tenus. On applique les gestes barrières mieux que n'importe quel commerce. Maintenant, la fête va s'organiser ailleurs, dans les places, dans les rues, dans les lieux privés, sans mesure sanitaire. On ne comprend pas bien la méthode".

Il assure que 99% de la profession respecte les règles. "Il y a eu plus de contrôles ces derniers jours et très peu de sanctions. S'il y a pu avoir quelques débordements de la part d'une petite minorité, ce n'est plus cas aujourd'hui".

Il regrette que cette multiplication des contrôles soit intervenue si tard. Cela aurait peut-être évité la situation actuelle. "L'Etat nous pointe du doigt comme étant les vilains petits canards et lui, il n'a pas fait son travail. Il y a eu des débordements cet été et on a laissé faire".

Mise à jour à 19h : Après sa réunion à la préfecture, Laurent Tournier indique que les bars de toute la Gironde seront concernés par l'interdiction à partir de 22h. 

Regardez le reportage réalisé à Bordeaux ce jeudi matin suite aux annonces d'Olivier Véran :
 
Annonce de la fermeture des bars à 22 h maximum à Bordeaux : les professionnels ne comprennent pas






 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie coronavirus/covid-19 santé société