Bordeaux : casse-tête en cuisine pour recruter dans la restauration

Après des mois de fermeture à cause de la pandémie, les restaurateurs se heurtent à un problème majeur : le recrutement. Faute de personnel, certains sont même contraints de fermer quelques jours.
Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Free-Photos via Pixabay

C'était une crainte des restaurateurs dès le déconfinement du mois de mai. Comment recruter pour la saison 2021 ? Après sept mois et demi de fermeture, beaucoup de saisonniers ont préféré changer de métier et de secteurs.

Manque cruel de personnel

Après le manque de personnel qualifié à la réouverture des bars et restaurants, le manque de personnel tout court. Quand un salarié est malade ou cas contact Covid et doit s'isoler, impossible de le remplacer. Un restaurateur des Chartrons en a fait les frais et a été obligé de fermer durant une semaine par manque de plongeur en cuisine. "En temps normal nous sommes une équipe de sept personnes et depuis plusieurs semaines nous n'étions que cinq, et là ce n'est plus possible, nous sommes épuisés", a livré Jacques Dardanne à Sud-Ouest, le patron du Bistrot l'Exploit qui a informé sa clientèle sur son le compte Facebook du restaurant. Le bistrot l'Exploit devrait rouvrir mardi 27 juillet si tout va bien, mais cette fermeture a engendré un manque à gagner en pleine saison estivale.

 

Des applications pour aider au recrutement 

L'union de métiers de l'industrie de l'hôtellerie UMIH 33 a mis en place une application gratuite qui met en relation directement l'employeur et l'employé. Ainsi en Nouvelle-Aquitaine, 3742 entreprises sont inscrites sur U me JOBS qui propose en ce moment 800 offres d'emplois dans la région pour seulement 600 candidats actifs sur l'application. Ce qui prouve bien que le personnel manque cruellement, constate Franck Chaumes, restaurateur à Bordeaux  et membre de l'UMIH33.

Une autre application appelé Brigad et utilisée par 10 000 patrons de bars et de restaurants en France, existe également pour faciliter la mise en relation et la recherche.

Le pass sanitaire vient encore compliquer la situation

La profession a obtenu le report du pass sanitaire pour le personnel au 30 août, "c'est une bonne nouvelle, mais pour le public ce pass sanitaire sera obligatoire dès le 1er août même sur les terrasses", déplore Franck Chaumes qui milite avec son syndicat pour exclure les terrasses du protocole qui "sont difficiles à gérer". "Comment vont faire nos employés pour contrôler tous les gens avant qu'ils soient assis ? C'est un vrai problème pour nous car quand on a une terrasse les clients arrivent de partout, il n'y a pas qu'une seule entrée pour filtrer les clients et contrôler leur pass sanitaire. Et puis avec quel outil contrôler ? Avec le télephone de l'employé pour flasher les QR codes qui resteront ensuite stockés sur les portables ? Avec le téléphone du patron ? Non, franchement, c'est n'importe quoi", s'agace Franck Chaumes.

Après le 30 août, la pass sanitaire sera également demandé au personnel de la restauration qui devra soit être vacciné ou faire un test PCR tous les deux jours. "Ce sera un autre casse-tête pour le recrutement. Vraiment, on a hâte que la pandémie se termine. La restauration, avec les soignants, est un secteur particulièrement impacté par le Covid et ses conséquences sanitaires", selon Franck Chaumes.

En cas de covid, fermeture obligatoire

Pour les restaurateurs dont le personnel est touché par la Covid, c'est carrément la catastrophe. A partir de trois employés positifs, c'est la fermeture de l'établissement. Le chef étoilé Philippe Etchebest, porte-parole très médiatique de la profession, est actuellement confronté au problème. Son restaurant bordelais le Quatrième Mur a fermé.

"Chers clients, c’est avec tristesse et regret que nous vous informons de la fermeture de l’établissement pour quelques jours. Plusieurs cas de suspicions Covid ont été déclarés chez le personnel. Notre souci premier est la sécurité de tous et nous n’hésitons pas à appliquer le principe de précaution. Nous tenons à remercier toute notre clientèle pour leur compréhension ainsi que leur nombreux messages de soutien.
Prenez soin de vous et de vos proches."
selon un message sur le site internet.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société économie