Bordeaux : Les cheminots grévistes organisent une collecte de jouets au profit du Secours populaire

Alors que les transports entament leur 19e jour de grève, les cheminots se sont rassemblés ce lundi 23 décembre pour collecter des jouets, qu'ils remettront aux enfants du Secours populaire. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Ce lundi matin, le parvis de la gare Saint-Jean avait des allures de fêtes. Sur fond de Mariah Carey, les grévistes organisaient leur "Noël des cheminots", une collecte de jouets, à destination des enfants du Secours populaire. Ils se sont rassemblés à l'appel de l'intersyndicale réunissant CGT, UNSA, FO et Sud Rail. 

La majorité des jouets collectés viennent des grévistes eux-mêmes. D'autres dons sont attendus jusqu'en milieu d'après-midi de la part d'usagers, notamment.
 


Campagne de communication


Une véritable campagne de communication en réponse au gouvernement, comme l'explique Séverine Rizzi, secrétaire départementale de la CGT Cheminots. 

"C'est une bataille de communication, on le voit très bien. Le président annonce qu'il renonce à sa retraite, mais nous, on a pas les finances pour se passer de notre retraite. Le mouvement montre qu'on a besoin de cette retraite cohérente et juste."
 


De nombreux reproches ont, en effet, été adressés aux cheminots, les accusant d'empêcher les familles de se réunir, en cette période de fêtes. Cette collecte est également l'occasion pour les grévistes d'entamer le dialogue avec les usagers.

"On a voulu montrer que les cheminots sont des personnes comme les autres, et que nous aussi, nous avions cet esprit de Noël", avance Séverine Rizzi.

À la veille du réveillon de Noël, le trafic est toujours perturbé avec quatre TER sur dix et un TGV sur deux pour relier la capitale.