Bordeaux: un collectif qui veut croire aux "Jours d'après..."

Pour le symbole, ils se sont donné rendez-vous devant l’Hôpital Robert Piqué, menacé de démantèlement. Le collectif bordelais "Les Jours d'Après", déclinaison locale du groupe "Plus Jamais Ça" et porté par une trentaine d'associations autour d'un "plan de sortie de crise" de 34 mesures.

© GC

Sur les bases de ce plan de sortie de crise proposé le 26 mai dernier (un document de 24 pages) par une vingtaine d'organisations associatives et syndicales nationales, le collectif bordelais "garde l'espoir de changer les choses".

A l'image de cet hôpital dont ils demandent le maintien alors qu'il est aujourd'hui déjà engagé dans un projet de mutualisation avec la maison de santé Bagatelle (BAHIA : un nouvel Ensemble Hospitalier Civil et Militaire). Une démarche qui, selon le collectif, fait partie, dans un contexte post confinement, de leurs "multiples combats" basés sur des grands thèmes qui sont apparus essentiels à une re considération.

Des urgences sanitaires, sociales et environnementales dans un premier temps. Ils souhaitent ensuite des engagements vers des objectifs accompagnés par un cadre économique et fiscal alternatif.

© GC

Lancement du collectif

Ce samedi, ce rassemblement de 150-200 personnes se voulait le lancement, le point de départ de ce nouveau collectif qui entend fédérer et faire avancer des projets ces prochains jours.

Il y a eu, ce samedi matin, plusieurs prises de paroles de quelques unes des 27 associations présentes. Autant que de thèmes abordés pour ce renouveau espéré meilleur: les hôpitaux, la gestion de la crise sanitaire, un meilleur approvisionnement de masques mais aussi l'urgence contre les féminicides, l'environnement... entre autres.

Les associations ont donné rendez-vous pour le 27 juin pour un grand pique-nique.

« Les jours d'après » en Gironde 

Ce collectif entend prolonger localement le message de cette tribune lancée il y a deux mois par 19 responsables syndicaux et associatifs nationaux « Plus jamais ça, préparons le jour d'après », en appelant "à signer la pétition issue de cet appel qui a recueilli à ce jour plus de 185 000 signatures".

Un appel qui part du constat partagé que « La crise du coronavirus qui touche toute la planète révèle les profondes carences des politiques néolibérales ».

Avec une défiance face au pouvoir en place et au risque de précarisation de nombreux Français, ce collectif l'affirme : "un changement de modèle de société s'impose".

 

"En signant cette tribune ensemble, nous, organisations girondines, décidons d'agir localement. Nous ne partons pas de rien, nous avons même, collectivement, une grande expérience. Nos combats émancipateurs, féministes, sociaux, écologiques et démocratiques ont porté des exigences qui sont devenues incontournables face à la crise planétaire que nous vivons. Nous proposons aussi la préparation d'états généraux du mouvement social qui permettront de fédérer les luttes, les idées, les alternatives."

Selon Patrick Maupin, Greenpeace Bordeaux: "ce qui nous réunit c'est l'urgence sociale, climatique qui montre, suite à cette pandémie qui nous frappe encore, qu'il y a des insuffisances majeures. Aussi bien des autorités publiques qu'un certain nombre de décideurs".

Il est hors de question de faire comme si rien ne s'était passé (...)On a des solutions alternatives à la façon dont le système économique régit actuellemnt notre vie 

 

En savoir plus sur le plan de sortie de crise en 34 mesures

© GC

 

Des associations

Parmi les associations signataires et présentes ce samedi à Bordeaux:

 FSU Gironde, ATTAC 33, Solidaires 33, CGT Sanofi, CGT Yara, SNJ-CGT, AC! Gironde, CIP Gironde, DAL 33, Greenpeace 33, Santé Un Droit Pour Tous 33, Planning familial 33, RESF 33, UNEF 33, Confédération paysanne 33, Survie Gironde, ANV-Cop 21 Gironde, La Clé Des Ondes, Sauvegarde des services publics de la gironde, RécupR, Tri Potes et Mascagne, Université Populaire de Bordeaux, Tchernoblaye, Scop Utopia saint siméon bordeaux, Ligue des Droits de l'Homme bordeaux centre, Fakir Bordeaux, APEIS, VIGI OGM 33, Batuccada féministe, Négajoule, CLAP 33, Jaunes etc, Bienvenue, Collectif Aliment Terre.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société manifestation économie social solidarité