• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

A Bordeaux, Emmaüs Connect forme et rassure les “éloignés du numérique”

Claude, 84 ans, devant son "ordinateur pour séniors", dans les locaux d'Emmaüs Connect à Bordeaux / © MK / France 3 Aquitaine
Claude, 84 ans, devant son "ordinateur pour séniors", dans les locaux d'Emmaüs Connect à Bordeaux / © MK / France 3 Aquitaine

Lancée en mai 2017 , l'antenne bordelaise de l'association Emmaüs connect  forme chaque jour des personnes au numérique. Dans ses locaux, on apprend à écrire un CV, ouvrir un mail ou une pièce jointe,... et surtout à surmonter ses appréhensions.

Par Maïté Koda

"C'est compliqué. J'ai plein de photos en double alors j'essaie de créer des fichiers…" Claude, 84 ans, est venu depuis le cours du Médoc jusqu'au quartier des Aubiers. Sans se démonter, il clique successivement sur plusieurs dossiers qui s'affichent sur son écran.

Dans ce lumineux local d'Emmaüs Connect, situé juste à côté de la Poste, Claude, qui ne désespère pas de trier ses photos, assiste à une "permanence connectée". Le principe : des bénévoles forment ceux qui le souhaitent au BA-BA du numérique.

 

J'ai réussi à remplir ma déclaration d'impôts !

 

"Le problème c'est que j'ai trop de fichiers différents". Claude se débrouille pourtant bien. Avec son "ordinateur pour séniors", comme il l'appelle, qui dispose d'une interface simplifiée, il assiste à ces sessions depuis plusieurs mois. "J'ai appris à naviguer, à envoyer des mails, à chercher une adresse… J'ai même réussi, avec de l'aide, à remplir ma déclaration d'impôts", sourit-il.


 

Profils variés

Comme Claude, ce matin de novembre, ils sont une dizaine à profiter de l'assistance proposée par Emmaüs connect. Avec des profils, des besoins, et des compétences qui varient. "Pour certains, on commence déjà à leur apprendre les bases : qu'est-ce qu'un clavier, une souris, comment se repérer sur le bureau", explique Kylian, qui effectue son service civique volontaire au sein de l'association.


 

Empêcher l'exclusion

D'autres viennent pour apprendre à rédiger un CV, accéder à Pôle emploi, écrire sur Word ou remplir un tableau Excel… Dès 2019, la déclaration d'impôts se fera également obligatoirement sur Internet, une démarche crainte par les plus éloignés du monte d'Internet. Selon Emmaüs connect, 26% des Français seraient en difficulté face au numérique. 

"En 2022, il n'y aura plus de papier dans l'administration française, on vise la dématérialisation, rappelle Juliette Nicolas, chargée de projet pour l'association. Toutes les personnes qui sont exclues du numérique, le seront aussi socialement". 

 
Dans les locaux d'Emmaüs connect à Bordeaux / © MK / France 3 Aquitaine
Dans les locaux d'Emmaüs connect à Bordeaux / © MK / France 3 Aquitaine
 

Un suivi des progrès

Pour cette session d'une heure et demie, trois bénévoles sont à l'œuvre, indiquant comment déverrouiller la fonction majuscule, ouvrir une pièce jointe ou réinitialiser un mot de passe. Chacun des bénéficiaires, inscrit au préalable auprès de l'association dispose également une fiche de suivi, indiquant les progrès effectué et les axes à développer. 


Plus de 450 bénéficiaires

Depuis l'ouverture de l'antenne bordelaise de l'association dans le nord de Bordeaux en mai 2017, plus de 450 personnes ont déjà pu assister, soit à ces permanences, individualisées selon les besoins, soit aux cours collectifs. Les locaux sont ouverts du mardi au vendredi, et permettent aussi d'acquérir des ordinateurs reconditionnés à bas prix.

  

"Les jeunes vont trop vite. Ici c'est plus calme"


Yvette est quant à elle venue à la permanence pour la première fois. "Je sais faire mes mails, mais j'ai encore plein de choses à apprendre.
J'ai essayé de demander aux jeunes de m'aider, mais ils vont trop vite
 !"

"Ils savent tout. Ils ont toujours l'air de dire 't'es bête tu comprends rien, rit-elle. Alors je préfère ici, c'est plus calme ! "

 
© MK / France 3 Aquitaine
© MK / France 3 Aquitaine
 

"C'est parfois très dur de pousser notre porte"

"Parmi les gens qui viennent ici, on a des personnes qui ont peur d'approcher un ordinateur, qui sont persuadés qu'ils n'arriveront jamais à maîtriser la machine, explique Jacques, bénévole. On a des personnes qui sont illettrées et pour qui taper sur un clavier relève du défi.
 

C'est parfois très dur pour eux de pousser notre porte et de dire " Je n'ai jamais été très fort à l'école. Et l'ordinateur, je ne sais pas m'en servir, j'ai besoin d'aide"



De nombreux migrants ou demandeurs d'asile, parfois déjà formés à l'informatique mais qui ont besoin d'accéder à une connexion tentent également leur chance auprès de l'association. "On essaie ensuite de les rediriger vers d'autres associations plus aptes à les aider…", poursuit Jacques.

 

En recherche de bénévoles


Actuellement l'antenne bordelaise d'Emmaüs Connect comprend une quarantaine de bénévoles. Insuffisant pour l'association qui recherche de nouveaux volontaires, aptes à enseigner les bases de la bureautique et du numérique, et  disponibles en journée. "On n'est pas sur des compétences numériques complexes, rappelle Juliette Nicolas, chargée de projet pour l'association.  Il faut être un peu pédagogue et aimer le contact humain".



" On les guide, on essaie de répondre à leurs demandes… Le but c'est quand même de les laisser s'approprier l'ordinateur, on n'est jamais loin, mais pas forcément sur leur dos, assure Armelle. Demandeuse d'emploi, formée à la bureautique, elle a fait ses débuts en tant que bénévole depuis moins d'un mois et vient deux jours par semaines.
 


C'est un rôle qui reste gratifiant,  pour ceux qui reviennent on voit parfois de belles progressions !



En savoir plus sur le bénévolat au sein d'Emmaüs connect 
 

Sur le même sujet

Retour sur le concert d'Ibrahim Maalouf au Surgères Brass Festival

Les + Lus