Bordeaux : comment lutter contre le hooliganisme ?

© FTV
© FTV

Durant deux jours la sécurité dans les stades sera au coeur d'un séminaire. Il est organisé à Bordeaux et intervient alors qu'un groupe de supporters parisiens a appelé à une "démonstration de force" si le PSG se qualifie lors de la finale de la Coupe de la Ligue qui aura lieu au Matmut en mars.

Par C.O

L'usage de fumigènes à la hausse

Cela fait partie des priorités de la Division nationale de lutte contre le hoologanisme (DNLH). Les fumigènes sont dangereux et leur usage est à la hausse malgré les sanctions pénales. Depuis le début de la saison (Ligue 1 et Ligue 2 confondues), 243 interpellations de supporters ont été réalisées, essentiellement pour usage d'engins pyrotechniques. Près de 1200 ont été "craqués" dont 200 pour le seul match Bordeaux/ Olympique de Marseille.

"Nous constatons malheureusement une multiplication par près de 2,5 du nombre de fumigènes craqués dans les stades. C'est interdit pénalement et donc c'est passible d'amendes financières et de prison. C'est dangereux. Quand un fumigène brule il est à près de 1000 degrés. Ici dans ce stade à Bordeaux, un adolescent a perdu l'usage de ses doigts lors d'un match Bordeaux/OM", explique Didier Quillot directeur général de la LFP.

Quid de la finale de la Coupe de la Ligue à Bordeaux ?

Il ya quelques jours un communiqué du Kop of Boulogne a appelé à "une manifestation de force" si le PSG se qualifie pour la finale de la Coupe de la Ligue qui doit avoir lieu à Bordeaux au Stade Matmut le 31 mars prochain. Une manière pour annonce le Kop de fêter ses 40 ans.
Même si le groupe de supporters a tenu à préciser que «ceci n'est en aucun cas un appel à la violence», le communiqué a tout de même suscité quelques inquiétudes. Aujourd'hui, les acteurs de la Division nationale de lutte contre le hoologanisme (DNLHM) réunis à Bordeaux se sont voulus rassurants. Didier Quillot a assuré à la presse que la "finale se déroulera normalement". Les échanges seraient "permanents" entre la Ligue et le PSG.

"L'enjeu principal en matière de sécurité sera la gestion des flux de supporters depuis leur ville d'origine, jusqu'au stade de Bordeaux. Et dans ce cadre là il y aura une analyse de risques et des équipes de sécurité qui seront adaptées si Paris est qualifié" explique Antoine Mordacq, chef de la division nationale de lutte contre le hoologanisme.




Voyez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Nicolas Préssigout : 
Bordeaux : comment lutter contre le hooliganisme ?

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Hervé Brunaux raconte les Joliot-Curie à Clairvivre

Les + Lus