Bordeaux : les trois vies de Jacques Chaban-Delmas

Maire de Bordeaux pendant quarante-huit ans, après avoir été résistant, et tout en assurant des fonctions d'homme d'Etat, Jacques Chaban-Delmas a eu une vie plurielle, racontée dans un livre qui vient de paraître : "Les 3 vies de Chaban".

Par Maïté Koda

Il a eu une vie de résistant,  d'homme d'Etat, et une de maire de Bordeaux pendant près de cinquante ans. Jacques Chaban-Delmas est décédé il y a de cela dix-huit ans, mais il reste encore énormément de choses à dire sur l'incroyable parcours de ce fils d'un ingénieur et d'une professeures de musique, qui a sa naissance s'appelait alors Jacques Delmas.
 
Un livre, Les 3 vies de Chaban vient de paraître, dirigé par  Bernard Lachaise, professeur d'histoire à l'Université de Bordeaux Montaigne.
 
 

Une rencontre "fondamentale" avec De Gaulle

L'occasion de revenir sur son parcours de résistant, marqué par la figure du Génral de Gaulle. "La rencontre avec De Gaulle est fondamentale, rappelle l'historien, invité du 19/20 de France 3 Aquitaine dimanche 15. Chaban aura un rôle important dans la Résistance, et en particulier dans la libération de Paris. La Résistance lui donne son nom: Chaban".
 
 
 

  'C'est bien Chaban', voici les trois mots que De Gaulle lui dit lors de leur première rencontre. C'est le sésame pour toute la suite

 
 

La mairie de Bordeaux

Une fois la France libérée, Chaban-Delmas est encouragé par De Gaulle à tenter sa chance à la mairie de Bordeaux. Bien lui en pris :  il restera près d'un demi-siècle à la tête de la belle endormie, entre 1947 et 1995.
 

"Le système Chaban"

On parle alors de son style de gouvernance, le "système Chaban", un système qui se veut rassembleur.   "Le système Chaban c'est le fruit du tempérament de Chaban-Delmas, de son sens du compromis, et le fait que ce n'est pas un idéologue mais un pragmatique.

Il a toujours cherché les convergences entre les hommes
."
 
 
Jacques Chaban-Delmas / © AFP
Jacques Chaban-Delmas / © AFP

Le grand projet du métro bord​elais

A Bordeaux, Jacques Chaban-Delmas échouera néanmoins sur un point, "sa dernière grande opération, qu'il ne réussit pas" : dans les années 80, partisan de la modernité, il veut mettre en place un métro sur pneus  en lieu et place du tramway qu'il a chassé de sa ville en… 1958.
 
Le projet prévoit trois lignes de métro, obtient l'aval du Premier ministre de l'époque Edouard Balladur. Mais au fil des années, et avant même que la construction ne soit lancée, les opposants sont de plus en plus nombreux, lui préférant un retour du tramway.
 
En 1995, Alain Juppé est élu à la mairie de Bordeaux, et le projet du métro complètement abandonné.
 
 

Echec à la prés​idence

Mais Jacques Chaban-Delmas c'est aussi l'homme d'Etat. Président de l'Assemblée nationale, et Premier ministre de Georges Pompidou entre 1969 et 1972. Il vise même la présidence, en 1974, et  se porte candidat à la fonction suprême. Un échec. Il n'arrive qu'en troisième position avec 15,1% des voix au premier tour.
 
"Un échec du à la trahison à une partie de ses amis gaullistes, comme Jacques Chirac. (…) et il y a une dynamique à gauche qui le gêne en 1974", souligne Bernard Lachaise.
 

Le parallèle avec Juppé

Un parcours, et une "malédiction" qui n'est pas sans rappeler les déboires d'Alain Juppé, actuel maire de Bordeaux et lui aussi candidat malheureux à la présidentielle 2017.  "Les deux hommes ont en commun quand ils sont candidats d'avoir un très beau parcours politique derrière", reconnaît l'historien.
 
 
 
Voir l'interview de Bernard Lachaise

Les 3 vies de Chaban, interview de Bernard Lachaise


Sur le même sujet

Haute-Vienne : les arboriculteurs cherchent des saisonniers pour la récolte des pommes

Les + Lus