Breakdance. Finale des championnats de France à Bordeaux, Tom Coulais rêve déjà des JO 2024

Publié le
Écrit par S. Paulin, J. Chapman et V. Gascouat

Le Bordelais Tom Coulais, 24 ans, veut devenir l’un des meilleurs breakdancers mondiaux. Ce dimanche 12 juin, il participera aux finales du championnat de France à Bordeaux.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Il ne lui reste que quelques répétitions avant les battles de finales du championnat de France. Mais Tom Coulais vise encore plus haut : le Bordelais espère gagner, dimanche 12 juin, sa qualification pour les Jeux Olympiques de 2024 à Paris.

► Retrouvez le reportage de V. Gascouat et T. Grouhel

Rester zen

Sur le parquet de la salle de danse, située à Bordeaux, il enchaîne les mouvements. Tantôt acrobatique, souvent spectaculaire,  sa chorégraphie, il la travaille depuis des mois. Mais pas question de se mettre la pression : pour le jeune homme, c'est une battle comme les autres. 

Que je gagne ou que je perde, il y en aura une avant, il y en aura une après… Je me prépare pour, mais on verra bien ce qu’il se passe.

Thomas Coulais, breakdancer

Source : France 3 Aquitaine

Un air calme qui surprend, face aux enjeux. Mais le breakdancer en a fait son habitude : il a choisi d'aborder ses compétitions de façon décontractée. Détendu mais pas négligé, Tom Coulais compte donner le maximum le jour J. Une préparation déjà bien rôdée, pour celui qui avait remporté le titre mondial en 2019 avec son équipe, le Last Quad.

"Je m’entraîne beaucoup en amont de la battle, mais la semaine du battle, je limite mes entraînements pour avoir le corps à fond et ne pas me saturer avec la danse. Comme ça, quand j’arrive, je suis libre, j’ai envie de danser. Ça se voit et en général ça marche", glisse, comme un secret le breakdancer bordelais.

En finale, Tom va danser seul, mais son équipe, le Last Squad n’est jamais bien loin. Ensemble, ils ont remporté le titre mondial en 2019.

Rêve d'enfant

Tom Coulais fera pour la première fois cavalier seul, mais son équipe le Last Quad sera dans le public. Leur groupe, les jeunes bordelais l'ont construit pour vivre de leur passion et se faire connaître. Un véritable point d'ancrage pour ces danseurs, qui ont décidé de s'engager dans des voies différentes.

"S'il y en a un qui préfère faire des spectacles, pas de souci, il fait des spectacles. S’il y en a un qui veut se concentrer sur les battles, aucun problème. On est libres mais on est tous ensemble. On est surtout une bande de potes en fait", explique Tom Coulais.   

Pour cet autodidacte, vivre de sa passion est un rêve. Un rêve d'enfant, qu'il s'est forgé à la force du poignet. Pas d'études, ni d'école de danse ou de conservatoire, Tom Coulais a misé sur son talent et sa ténacité, en préférant se plonger dans un travail acharné. "Pour moi, pouvoir danser tous les jours, c’est épanouissant, c’est magnifique", s'émerveille encore le breakdancer bordelais. 

40 ans d'histoire

Dans la métropole girondine, le breaking représente déjà 40 ans d'histoire. Un parcours, initié par David Falco. Le Bordelais a participé à une célèbre émission "H.I.P. H.O.P" qui a fait connaître la culture éponyme en France. Cette année, c'est donc une nouvelle page qui s'écrit, pour mieux inscrire la discipline, et son écho bordelais aux Jeux Olympiques de 2024. Un moment fort alors que la pratique fera son entrée aux Jeux, en 2024.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Last Squad (@lastsquad_crew)

Mais avant les Jeux, Tom Coulais doit décrocher la première place de ce championnat, face à soixante concurrents. Du spectacle et du sport, d'ailleurs diffusé en direct sur France.tv, dimanche 12 juin à partir de 14h.