Coronavirus : au CHU de Bordeaux, de l'hypnose et et de la méditation pour déstresser les soignants

Anxiété, fatigue, stress, le personnel soignant est mis à rude épreuve depuis le début de la crise du coronavirus. Pour faire face à une cadence soutenue tout en maintenant leur exigence de travail, le CHU de Bordeaux leur propose désormais des séances d’hypnose et de méditation. 

Le Dr Marie Floccia fait partie des soignants à l'origine des séances d'hypnose pour soulager le personnel hospitalier.
Le Dr Marie Floccia fait partie des soignants à l'origine des séances d'hypnose pour soulager le personnel hospitalier. © Patricia Mondon / France 3 Aquitaine
Applaudis tous les soirs par des milliers de Français, les personnels soignants, en première ligne de cette crise sanitaire, sont au bout du rouleau. Alors, depuis le 23 mars, le CHU de Bordeaux a mis en place des séances de méditation et d’hypnose. Le projet, qui devrait survivre au confinement, est déjà exporté dans tous les hôpitaux de la région.
 

"Je me sentais sale"

Si la pression de rentabilité et les conditions de travail étaient déjà génératrices de stress, désormais, ces soignants craignent de voir trop de personnes mourir, de tomber malade ou encore de contaminer leur famille. Tous s’accordent pour parler d’une véritable "peur du lendemain et de l’incertitude de leurs actions". Marie-Line Buisson, infirmière en échographie cardiaque à l'hôpital Haut-Levêque, a eu le Covid-19. Mais la guérison n'a pas signé la fin de sa lutte. 

"J'étais très phobique, j'avais peur de recontaminer les personnes que je croisais. J'avais l'impression d'être toujours sale, porteuse du virus", explique l'infirmière. Grâce aux séances de méditation, elle a pu reprendre le travail, sans inquiétude. "C'est quelque chose qu'il faut entretenir, surtout dans le contexte actuel où les paroles et les regard peuvent tout faire basculer", précise Marie-Line Buisson, qui assure faire de l'auto-hypnose tous les soirs.
Pour Marie-Line, comme d'autres soignants, la période actuelle est source de nombreuses angoisses.
Pour Marie-Line, comme d'autres soignants, la période actuelle est source de nombreuses angoisses. © Patricia Mondon / France 3 Aquitaine
Chaque jour, une trentaine de soignants se connecte à une plateforme dédiée pour des séances en direct de méditation. A l’initiative du projet, le CHU de Bordeaux et le centre de ressources et de recherches en hypnose et méditation, souhaitaient proposer un soutien psychologique.

"Dans cette situation si particulière, les sources de stress des soignants sont nombreuses. Nous proposons donc des méditations de pleine conscience pour gérer leur stress, contrôler leurs émotions et mieux s'adapter face aux situations de crise. Cependant, les effets se ressentent à long terme, c'est un entraînement mental", précise François Sztark, responsable du centre de recherche. 
 

Méditation en direct et hypnose d'urgence

Huit médecins ont été formés pour faire de la méditation de pleine conscience en direct. Ils se relaient du lundi au vendredi, pour des séances quotidiennes à 14 heures, d’une vingtaine de minutes. Elles sont toutes également disponibles en replay. Une formule qui permet à une centaine de soignants de rattraper les séances quotidiennes.

"Ici, nous travaillons surtout sur la bienveillance, envers les autres mais aussi envers soi-même. Pour prendre soin des autres, il faut d'abord prendre soin de soi", glisse François Sztark, comme un mantra. En parallèle, des séances d'auto-hypnose sont mises régulièrement en ligne sur le site interne du CHU de Bordeaux. Depuis quinze jours, le Dr Marie Floccia, gériatre spécialisée dans l'hypnose, propose également des séances d'hypnose "sur-mesure", plus efficace que la méditation à court terme. Une méthode bien connue du centre hospitalier : près de 1000 soignants y ont été formés depuis dix ans. 

"L'hypnose est un outil thérapeutique que l'on utilise énormément au CHU, à destination des patients. Aujourd'hui, la situation est différente, puisque ce sont nos collègues qui en ont besoin", explique Marie Floccia. 
 

Parti pour durer

Le prfesseur Sztark....
Le prfesseur Sztark.... © Patricia Mondon / France 3 Aquitaine
Et la proposition fait recette. En deux semaines, dix demandes de séances ont été formulées, comme celle de Marie-Line, durant sa convalescence. "Ce sont majoritairement des personnes qui ont eu la maladie et qui sont inquiètes à l'idée de reprendre le travail, et qui ont du mal à gérer leur quotidien entre travail, famille et confinement", énumère la médecin en gériatrie.

Depuis sa création, le site recense plus de 3 000 visites. Déjà étendues à tous les hôpitaux du Groupe Hospitalier Alliance de Gironde, les séances du CHU de Bordeaux sont aussi disponibles pour tous les hôpitaux de la région, grâce au relai de l’ARS Nouvelle-Aquitaine. L’expérience sera également prolongée après le confinement.
 
Hypnose et méditation pour les soignants
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société