Don d'organes : la maire du Haillan témoigne après avoir donné un rein à son époux

Après quatre ans de dialyses trois fois par semaine, Jean-François Dessort a pu être greffé d'un rein de sa femme, Andréa Kiss. / © France 3 Aquitaine
Après quatre ans de dialyses trois fois par semaine, Jean-François Dessort a pu être greffé d'un rein de sa femme, Andréa Kiss. / © France 3 Aquitaine

Deux mois après la greffe, leur vie a déjà beaucoup changé. Cet été, Andréa Kiss, maire du Haillan, commune à côté de Bordeaux, a donné un rein à son mari, atteint d'insuffisance après un cancer. Tous deux témoignent en faveur du don d'organes. 

Par AR

Quatre ans de dialyses, trois fois par semaine. Après un cancer des voies urinaires, Jean-François Dessort est atteint d'insuffisance rénale. Une condition qui pèse lourdement sur son quotidien et son énergie. "Ce n'était pas des douleurs, mais un état de fatigue complet, même moralement", se souvient-il. 
 

Des conjoints compatibles 


Jean-François Dessort espère une greffe de rein, mais la liste d'attente est très longue. C'est pourquoi Andréa Kiss, par ailleurs maire du Haillan, envisage de donner un rein à son mari, et passe des tests pour vérifier leur compatibilité.

Dans le cas des reins,  "le risque pour un couple donneur receveur non apparentés (époux, amis) d’être incompatible au niveau du groupe sanguin est estimé autour de 36%" indique l'Agence de la biomedecine sur le site internet www.dond'organes.fr.

Une fois cette étape réalisée, l'équipe médicale doit aussi vérifier la "compatibilité HLA", c'est à dire "que le receveur n'a pas d'anticorps dirigé contre le candidat au don", ce qui est beaucoup plus restrictif.

Par chance, les résultats sont positifs : une greffe est possible. "On est incrédules et contents, parce que c'était tellement improbable ! Il y avait une chance sur je ne sais plus combien de milliers qu'on soit compatibles", sourit Andréa. 


Regardez le reportage de Lauriane de Casanove et Sylvie Tuscq-Mounet : 
Don d'organe : la maire du Haillan témoigne après avoir donné un rein à son époux
Intervenants : Jean-François Dessort, Greffé du rein, Andréa Kiss, Donneuse Equipe : DE CASANOVE Laurianne, TUSCQ-MOUNET Sylvie, CHAGUE Boris
 

Quels changements depuis la greffe ? 


Deux mois après la greffe, le quotidien d'Andréa et Jean-François s'est beaucoup amélioré, malgré les quelques effets secondaires, comme les "tremblements, dûs aux immunosuppresseurs". 

 

Ce qui a changé, ce sont les perspectives 


"Je dispose de douze heures de vie sociale en plus par semaine", plaisante-t-il à moitié, avant d'ajouter : "ce qui a changé, ce sont les perspectives, comme de retravailler à temps-plein".
 

"Si vous avez un insuffisant rénal dans votre famille, faites le test ! Ca permet de retrouver une vie normale pour les deux" souligne Andréa Kiss. 

Ce jeudi 17 octobre, c'est la journée mondiale du don d'organes.

À l'heure actuelle en France, seulement 15% des transplantations se font avec des donneurs vivants, alors qu'il faudrait atteindre plus de 50% pour répondre aux besoins des malades. 


Vidéo : le don d'organes expliqué par l'Agence de la Biomédecine
Le don d'organe expliqué par l'agence de la Biomédecine

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus