Eviter la pénurie d'eau potable en Nouvelle-Aquitaine, un “enjeu majeur” pour la Préfète de région

Préserver la quantité et la qualité de l'eau pour alimenter les populations : enjeu majeur pour la Nouvelle-Aquitaine / © Henryk Niestrój / Pixabay
Préserver la quantité et la qualité de l'eau pour alimenter les populations : enjeu majeur pour la Nouvelle-Aquitaine / © Henryk Niestrój / Pixabay

Eviter la pénurie d'eau potable, c'est un objectif prioritaire pour Fabienne Buccio, la préfète de la région Nouvelle-Aquitaine. " Un enjeu majeur " qu'elle a détaillé lors de sa conférence de presse de rentrée ce mardi 24 septembre. Elle veut inciter les agriculteurs à passer au bio. 

Par Christine Le Hesran

Et si nous venions à manquer d'eau, en quantité et en qualité, c'est-à-dire potable. La  Préfète de la Région Nouvelle-Aquitaine avance des chiffres qui la motive à passer à l'action : 

Le déficit en eau, si on ne fait rien, sera multiplié par six dans les 30 prochaines années.

Cette problématique a pris de l'ampleur encore cette année. Durant l'été, plusieurs départements ont du prendre des mesures de restrictions d'eau pour " préserver l'alimentation des populations. "

L'Etat est le garant de la préservation de la qualité et de la quantité de l'eau. 
Fabienne Buccio - Préfète de la région Nouvelle-Aquitaine -

 


Déficit notable

Alors, Fabienne Buccio, à la lumière de ces données, veut prendre l'avenir en main. " Je ne veux pas inquiéter mais juste être réaliste. "
Fabienne Buccio, entourée de son équipe, lors de sa conférence de presse de rentrée, mardi 24 septembre 2019 / © Christine Le Hesran
Fabienne Buccio, entourée de son équipe, lors de sa conférence de presse de rentrée, mardi 24 septembre 2019 / © Christine Le Hesran


Sur le Bassin Adour-Garonne, ( qui concerne une très grande partie de la région Nouvelle-Aquitaine ),  le déficit pourrait atteindre 50 % de la consommation actuelle soit 1,2 milliards de mètres cube. "
Fabienne Buccio s'appuie sur les données scientifiques.
Globalement, sur la qualité de l'eau en région Nouvelle-Aquitaine, " seulement un tiers de la masse d'eau est considérée en bon état, 117 captages ont été qualifiés de prioritaires."

Il faut vraiment qu'on les préserve et qu'on préserve leur qualité et leur quantité. 
Fabienne Buccio

Convaincre les agriculteurs

La majorité de ces captages d'eau est située sur des exploitations agricoles. La réglementation existe pour limiter l'impact des polluants, en terme de disctance, de non traitement dans un certain périmètre. Reste que ces sites stratégiques restent vulnérables si alentour des produits chimiques tels que les pesticides sont utilisés.

Fabienne Buccio envisage donc d'inciter, grâce à des aides financières, tous les agriculteurs qui ont de tels captages à se cnvertir à l'agriculture biologique.

Prendre les devants donc, "pour ne pas se retrouver dans quelques années dans une situation problématique " ajoute-elle.
Une occasion de prendre de l'avance car d'après elle " les textes se durciront probablement. Si on peut gagner deux trois ans, on n'aura pas perdu notre temps. 
L'impact de cett activité sur notre alimentation en eau est d'autant plus majeure que la Nouvelle-Aquitaine est la première région agricole de France.  

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Jean-François Fountaine candidat aux municipales de 2020

Les + Lus