Gironde : la mère de famille qui a tué ses trois enfants a laissé une lettre

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sandrine Papin .

Cette infirmière du CHU de Bordeaux qui a mis fin aux jours de ses deux garçons de 5 et 9 ans et de sa fille de 8 ans a exprimé son mal-être général dans un courrier. Elle se trouve toujours dans un état grave après avoir tenté de se donner la mort. 

Les éléments se précisent après le drame de Mérignac en Gironde où trois enfants ont été tués par leur mère mercredi après-midi. Les enquêteurs ont trouvé au domicile familial une lettre dans laquelle elle évoque son mal-être et "une grande détresse", selon la procureure de Bordeaux.  "



Une fragilité et une détresse psychologique qui ont conduit à ce geste fatal et prémédité dans cette famille à priori sans histoire.





Anesthésiant très puissant 





Selon  Marie-Madeleine Alliot, procureur de la République de Bordeaux, la maman de 42 ans, infirmière au bloc opératoire à l’hôpital Pellegrin a injecté à chacun de ses enfants un anesthésiant très puissant capable de provoquer une crise cardiaque. Ce produit n’est pas commercialisé en pharmacie. Seuls les professionnels de Santé sont à même de pouvoir s'en procurer. 





A ce stade, on peut supposer que cette infirmière qui a tenté de se suicider après avoir  mis fin aux jours de ses deux garçons âgés de 5 et 9 ans et de sa petite fille de 8 ans a peut-être pu obtenir cet anesthésiant sur son lieu de travail.



L'autopsie des enfants , qui doit avoir lieu vendredi devrait permettre de confirmer, ou infirmer cette hypothèse.



Le pronostic vital de la mère est engagé





Ce mercredi matin, cette femme est toujours dans un état grave au CHU de Bordeaux. Son pronostic vital est engagé. Son mari en état de choc est hospitalisé. Une cellule psychologique est mise en place à l'école où étaient scolarisés les enfants.  L'enquête a été confiée à la brigade départementale de protection de la famille.



Voir le reportage de France 3 Aquitaine





Succession d'infanticides

Il s'agit de la 3e affaire d’infanticide en moins de 10 jours en Gironde. Toutes perpétrées par des femmes. Le week-end dernier, une maman de 35 ans aurait tué par asphyxie son enfant qui venait de naître à Saint-Macaire près de Langon.



Quelques jours auparavant, une mère de famille reconnaissait avoir noyé sa fille de 7 ans dans la baignoire de l'appartement à Bordeaux.  



Ces trois familles étaient toutes inconnues des services sociaux. 







Rappel des faits du triple infanticide de Mérignac
Il est aux alentours de 15 heures ce mardi quand les secours sont appelés rue Jean-Baptiste Charcot à Mérignac près de Bordeaux.



C’est le père, pompier, qui rentre chez lui après sa garde sur le bassin d’Arcachon qui donne l’alerte.



Il découvre d’abord son épouse. Elle est inanimée en arrêt cardiaque. Puis il retrouve les corps sans vie de leurs trois enfants, une petite fille de 8 ans et deux garçons 5 et 9 ans.



Leur mère les aurait empoisonnés avec des médicaments, avant de tenter de mettre fin à ses jours. Rien n’explique, pour le moment son geste sinon son mal-être.



Selon les premiers éléments, il s’agit d’une famille sans histoire. Les enfants étaient scolarisés.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité