Girondins de Bordeaux : les confidences d'Alain Giresse dans la crise entre dirigeants et supporters

L'ancien international bordelais Alain Giresse copréside une nouvelle réunion de concertation entre supporters et dirigeants des Girondins de Bordeaux sur la situation du club en difficulté. Le maire EELV Pierre Hurmic souhaite de nouvelles modalités de gouvernance pour apaiser les tensions.

Alain Giresse dans la cour de l'Hôtel de ville de Bordeaux avant la réunion entre supporters et dirigeants des Girondins de Bordeaux ce mercredi 17 mars
Alain Giresse dans la cour de l'Hôtel de ville de Bordeaux avant la réunion entre supporters et dirigeants des Girondins de Bordeaux ce mercredi 17 mars © C. Brousseau / F3 Nouvelle Aquitaine

Le principal groupe de supporters bordelais avait claqué la porte lors de la première réunion en octobre 2020 à la mairie de Bordeaux.
Cette fois, les Ultramarines sont bien autour de la table, face aux dirigeants des Girondins de Bordeaux et au Maire.

Et pour renouer le dialogue, l'ancien international Alain Giresse, formé au club, a été appelé à la rescousse par le maire de Bordeaux. Il copréside ce nouveau comité de concertation sur l'avenir des Girondins.
Lilian Laslandes, autre figure du club, est également convié, tout comme François Grenet. Les trois hommes sont arrivés ensemble à l'Hôtel de ville de Bordeaux ce mercredi 17 mars.

C'est l'ancien gardien Ulrich Ramé, aujourd'hui directeur des opérations football chez les Marines et Blancs, qui représente le club au comité. Peut-être un signe d'apaisement après ce clash d'octobre dernier entre les Ultras et Arnaud Poupard, le Monsieur sécurité du club, mis en place par le président Frédéric Longuépée dont ces supporters demandent la démission.

Les anciens du club des Girondins de Bordeaux conviés au comité de concertation mercredi 7 mars
Les anciens du club des Girondins de Bordeaux conviés au comité de concertation mercredi 7 mars © C. Brousseau / F3 Nouvelle Aquitaine

Giresse tacle les actionnaires : "Moi, j'ai le coeur Bleu marine"

La situation du club inquiète. Il pointe à la onzième place de la Ligue 1 de football et les dirigeants annoncent un déficit entre 55 et 80 millions d'euros cette saison.

Alors Alain Giresse, avec les anciens joueurs venus eux aussi en "casque bleu", se sont donnés pour objectif de "retrouver une normalité, une sérénité dans le club" explique l'ancien international.

Moi, j'ai le coeur Bleu marine ! Quand on est viscéralement attaché à ce club, j'apporte ma contribution à ce voeu pieux de retrouver un peu de calme autour de notre club. (...) Maintenant, si on bute sur des positions très fermes, très bloquées, ce sera très compliqué.

Alain Giresse

L'ancien international bordelais admet aussi bien volontiers que les Girondins sont victimes du même problème qui frappe le club de l'Olympique de Marseille : celui du manque de considération des actionnaires.

Le problème vient de là, des actionnaires (on l'a vu avec Marseille). Ces gens-là viennent ici, prennent le club pour faire du business et ils oublient un peu ce qu'est un club avec sa sensibilité, sa personnalité. Et on en arrive à cela : beaucoup d'incompréhension et de maladresses.

Alain Giresse

Des ultras en colère contre le club... et le Maire

Depuis plusieurs mois, les Ultramarines réclament la démission du président des Girondins de Bordeaux, Frédéric Longuépée. Ils manifestent régulièrement leur colère, notamment devant le Stade Atlantique où évoluent les joueurs.

Mais ces supporters en veulent aussi au maire EELV Pierre Hurmic. Lors de sa campagne électorale de l'entre-deux tours en juin 2020, il avait manifesté à leurs côtés lors d'un rassemblement contre les dirigeants et les actionnaires du club. Elu maire, il n'appelera plus en public à la démission du président Frédéric Longuépée.
Des supporters très agacés aussi par le statu quo autour du fond d'investissement américain King Street.
Ils estiment que la mairie n'a rien obtenu du propriétaire du club qui a déjà réinjecté 27 millions d'euros dans les caisses des Girondins avant le début de la saison. Une saison où le déficit du club pourrait être historique, allant de 55 à 80 millions d'euros selon les scénarii.

Les rumeurs de vente du club vont bon train d'autant que les Marines et Blancs vivent une saison sportivement difficile, actuellement onzième de la Ligue 1 de football.

Hurmic pour une nouvelle gouvernance, des priorités dégagées

Dans une interview à nos confrères de 20 Minutes, le maire Pierre Hurmic confie attendre beaucoup de cette réunion de concertation. Il souhaite obtenir des engagements du club sur un changement de gouvernance et sur le respect des supporters. Quant à l'avenir des Girondins de Bordeaux, soit le fonds d'investissement remet de l'argent, soit il trouve un acheteur, soit il dépose le bilan avance Pierre Hurmic.

Au terme de ce comité de concertation, où la mairie se félicite d'un retour du dialogue entre chaque participants, trois sujets prioritaires sont à présents sur la table.

Il est demandé à la direction du Club de solliciter Daniel Ehrmann, directeur général de King Street, pour qu’il informe les supporters sur la stratégie financière et sportive du Club à court et moyen terme.
Ensuite, des discussions pourront être ouvertes avec les supporters et d’anciens joueurs afin de réexaminer les décisions récentes du Club, quant à l’évolution de son nom et de son logo. 
Enfin, une rencontre Club / Supporters sera organisée, afin d’étudier les mesures à mettre en œuvre pour assurer un retour apaisé du public, notamment dans le Virage Sud.

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
girondins de bordeaux football sport