Grève TBM à Bordeaux : le trafic très perturbé de vendredi à dimanche

La mobilisation des agents du réseau TBM se poursuit ce vendredi, et des perturbations sont aussi à prévoir pour le week-end. Les salariés demandent une revalorisation salariale à hauteur de l'inflation. La direction refuse, pour l'heure, d'accéder à leurs revendications.

La grève se poursuit sur le réseau TBM à Bordeaux. Faute d'accord trouvé avec la direction pour une revalorisation salariale, les agents continuent leur mobilisation et le trafic sera très perturbé vendredi 16 décembre. Il sera complètement interrompu sur plusieurs lignes de bus ainsi que sur la ligne D du tramway. Certaines lignes circuleront à fréquence réduite, et seulement de 6h00 à 21h00. Le détail est à retrouver ci-dessous, ou sur le site de TBM. 

Selon Mathieu Obry, secrétaire général de la CGT chez TBM, le taux de grévistes sera supérieur à la journée du jeudi 8 décembre, lors de laquelle le mouvement avait déjà été très suivi. "A la conduite, on est à plus de 70% de grévistes, et on est à près de 100% dans la majorité des autres services, comme le PC sécurité, les services techniques... Sur l'ensemble, on est à plus de 80%", estime-t-il.

L'opérateur Keolis, qui gère le réseau, indique quant à lui un taux de 57%. Les perturbations devraient se poursuivre plus ou moins à l'identique les samedi 17 et dimanche 18 décembre, selon Jean-Christophe Colombo.  

Une manifestation prévue vendredi

Les salariés réclament une augmentation égale à l'inflation, à 6%. Ces derniers ont été reçus lundi par la direction de TBM.  "Il y a eu quelques propositions supplémentaires, mais c'était toujours dans l’enveloppe globale de 4%. Il n'y a plus eu de discussions depuis", souligne Jean-Christophe Colombo. "On n'est pas fermés a la discussion, mais c'était encore trop peu", note Mathieu Obry.

Vendredi, les salariés se réuniront devant le siège de Keolis à Bordeaux pour manifester. Ils seront aussi reçus par la métropole dans la matinée. "Il faut que les élus soient au courant de ce qui se passe. L'entreprise a les moyens", lance le porte-parole de la CGT-TBM.

Vers une mobilisation le week-end de Noël

Pour rappel, Bordeaux Métropole confie à Keolis, une société privée, la gestion du réseau par le biais d'une délégation de service public. 

Une assemblée générale aura également lieu pour décider des suites de la mobilisation. Elle pourrait se poursuivre lors de la semaine à venir ainsi que le week-end prochain, au moment de Noël.