Journée internationale des droits des femmes : ensemble dans la rue pour moins de violences et plus d'égalité

© H.Chauwin
© H.Chauwin

C'est LA journée où la voix des femmes est entendue. Mais elles ne désespèrent pas de changer les mentalités, susciter de nouveaux comportements, d'accéder aux métiers, aux salaires, à la reconnaissance qu'elles méritent. Aujourd'hui, des rassemblements sont prévus notamment à Bordeaux et Agen.

Par CB et AFP

Ces manifestations partout en France c'est l'occasion pour les militantes d'organiser un point de convergence des "dynamiques féministes".

Un rassemblement dans un contexte politique aussi : après les gilets jaunes, la réforme des retraites, le 49-3. Et malheureusement toujours un contexte social de violences faites aux femmes, harcèlement au quotidien et féminicides toujours trop nombreux. On ose enfin aussi parler des violences gynécologiques et obstétricales.
 
© H.Chauwin
© H.Chauwin

La "Marche des grandes gagnantes"

Cette année, cette marche revêt l'adjectif de "gagnantes", le terme est ironique car les organisateurs ne croient pas aux promesses du gouvernement qui argue que sa réforme des retraites sera favorable aux femmes - entend "valoriser les luttes de femmes" et mettre en avant des exigences "d'égalité et d'émancipation".

    Les participantes sont invitées à se vêtir d'un bleu de travail et d'un fichu rouge, les attributs de la désormais emblématique "Rosie la riveteuse", "icône de toutes les travailleuses invisibles".
 
© Capture Les grandes gagnantes
© Capture Les grandes gagnantes

     
    A 15h40, l'heure théorique où les femmes cessent d'être rémunérées compte tenu des écarts de salaires entre les sexes, les manifestantes comptent procéder à un "jeter de gants de ménage", manière de protester à la fois contre les inégalités en matière de salaire et de répartition du travail domestique.

En Aquitaine

A Bordeaux
A Bordeaux la manifestation est prévue à 14h30 place de la comédie : "On arrête toutes !"
puis à 19h30, une autre manifestation non mixte Place du parlement.

Agen
11h : déambulation-marche féministe à Agen, de la place des Laitiers à la porte du Pin, avec 5 lieux renommés de noms de féministes (Olympes de Gouges, Louise MIchel, Flora Tristan, Lucie Beaud, Clara Zetkin).


Avec des actes symboliques :

Pour dénoncer les féminicides : apportez de vieilles chaussures (si possible à talons) pour les déposer place des Laitiers et symboliser l’absence de ces femmes tuées par les violences conjugales dont elles ont été victimes.

Car le collectif « Féminicides par compagnon ou ex » a recensé 149 meurtres "perpétrés par un homme sur une femme alors qu’ils entretenaient une relation amoureuse d’un soir ou d’une vie en 2019…"

A l’arrivée porte du pin, rassemblement devant les Montreurs d’Images avec prises de paroles puis un apéritif musical avec la participation des Falopettes.

Un contexte post #MeToo   

    Trois mois après des manifestations ayant rassemblé 150.000 personnes partout en France à la fin du "Grenelle" contre les violences sexistes et sexuelles, les organisateurs comptent toujours mobiliser sur ce thème pour "briser le silence et dénoncer les violences". 

    Le mouvement de libération de la parole a depuis gagné le monde du sport, marqué par une vague de révélations sans précédent sur des cas de violences sexuelles perpétrées notamment par des entraîneurs sur de jeunes sportifs.

    Et "l'immense colère" suscitée par le récent César attribué au réalisateur Roman Polanski, visé par des accusations de viol, devrait attirer encore davantage de monde, selon les organisateurs. Sous le mot-dièse #JeSuisVictime, cette polémique a d'ailleurs entraîné depuis quelques jours une nouvelle vague de témoignages sur les réseaux sociaux.

On dit que la parole des femmes se libère. Mais ça fait des générations qu'elles parlent ! C'est l'écoute qui se libère, leur parole commence enfin à être entendue.

a commenté dans le Journal du dimanche la secrétaire d'État à l'Égalité femmes-hommes Marlène Schiappa.

Avec les hommes

La prise de conscience touche aussi les hommes: l'association Zéromacho, qui lutte contre la prostitution et pour "l'égalité", a lancé cette semaine une campagne sur les réseaux sociaux pour que les hommes changent certains de leurs comportements. Une association qui se positionne contre la prostitution et pour plus d'égalité et qui dans cette campagne demande à chacun de "revoir" son propre comportement...

   Messieurs, on va pas se mentir... Pour que les choses changent, va falloir qu'on
change
, proclament les trois vidéos mises en ligne. 

   
clip Zeromacho
 
clip2 Zeromacho
 
Clip 3 Zeromacho

Sur le même sujet

Les + Lus