Le dessinateur Jean-Jacques Sempé est mort à l'âge de 89 ans

Publié le Mis à jour le
Écrit par A.L avec AFP

Le dessinateur français Jean-Jacques Sempé était originaire de Pessac, près de Bordeaux où il a commencé sa carrière en 1950. Auteur du célèbre "Petit Nicolas, il était connu également pour ses dessins de presse humoristiques, notamment dans le prestigieux magazine New Yorker.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Il est né le 17 août 1932 à Pessac. Jean-Jacques Sempé est mort quelques jours avant de fêter ses 90 ans. 

Bordeaux, sa terre natale

Sa disparition a été annoncée à l'AFP par son épouse, Martine Gossieaux Sempé.

"Le dessinateur d'humour Jean-Jacques Sempé est décédé paisiblement ce soir (jeudi 11 août 2022) dans sa résidence de vacances, entouré de sa femme et de ses amis proches".

Après René Goscinny, le "Petit Nicolas" perd son deuxième papa : le dessinateur français Jean-Jacques Sempé, connu également pour ses dessins de presse humoristiques, notamment dans le prestigieux magazine New Yorker.


Jean-Jacques Sempé venait régulièrement dans la région de Bordeaux où de nombreuses expositions de ses dessins ont été organisées. Bordeaux était sa terre natale où il a débuté sa prestigieuse carrière dans les années 1950.

Une école porte son nom à Bordeaux ainsi qu'une place à Limoges notamment. Pierre Hurmic maire de Bordeaux lui rend hommage : "La plume légère et foisonnante de Jean-Jacques Sempé vient de s’envoler. Il y a un an, j’avais le plaisir d’inaugurer l’école maternelle du quartier de Bacalan qui porte son nom. Aujourd’hui le créateur du Petit Nicolas nous a quittés".

La Ville de Bordeaux, où il avait passé sa jeunesse, tient à saluer la mémoire de ce grand créateur qui reconnaissait n’être « jamais parvenu à devenir adulte ». Il nous laisse une œuvre émouvante, miroir tendre et lucide de notre société.

Sempé a tracé depuis les années 1950 jusqu'à aujourd'hui une œuvre pleine de bonhomie: des dessins pour le New Yorker, Paris Match ou L'Express aux albums du "Petit Nicolas". Sempé a été l'un des artistes les plus sollicités par le New Yorker avec une centaine de couvertures dessinées de sa main. Débutée en 1978, sa collaboration avec le célèbre magazine américain s'est poursuivie jusqu'en 2019.

Sempé va nous manquer

L'annonce de sa disparition a provoqué de nombreux hommages et réactions, dans les sphères politiques, économiques, médiatiques et artistiques, aussi bien en France qu'à l'étranger.

"La tendre ironie, la délicatesse de l'intelligence, le jazz: nous ne pourrons pas oublier Jean-Jacques Sempé. Son regard et son crayon vont cruellement nous manquer. Du Petit Nicolas en passant par Monsieur Lambert, jusqu'aux promeneurs de Saint-Germain-des-Prés, il avait l'élégance de toujours
rester léger sans que rien ne lui échappe", a écrit le président Emmanuel Macron dans un message sur Twitter, accompagné du dernier dessin publié de l'artiste.
 
"Sempé n'est plus là, mais ses dessins resteront intemporels. Ils m'ont accompagnée à Beyrouth, à Paris, à New York", a tweeté la ministre française de la Culture, Rima Abdul Malak. "Avec tendresse, poésie et malice, un humour qui se déplie à l'infini et une liberté absolue, il nous a appris à regarder le monde avec un regard d'enfant."

 

Quant à Joann Sfar, l'auteur du "Chat du Rabbin", c'est en dessin qu'il a rendu hommage à l'un des maîtres du genre: "Sempé est mort. C'est la première fois que j'ai la certitude qu'un Dieu est au ciel", a-t-il écrit. 
 

Sur les réseaux sociaux, les hommages d'anonymes se multiplient depuis l'annonce de sa disparition avec le hashtag  #sempé.

Un album par an 

Né en 1932 à Pessac, près de Bordeaux, le dessinateur a publié une cinquantaine d'albums dans sa carrière, "Saint Tropez", "Tout se complique" et surtout le "Petit Nicolas", vendu aujourd'hui à quelque 15 millions d'exemplaires.

Enfant naturel, battu et bègue, Sempé n'a pas vraiment eu l'enfance de son héros Nicolas qu'il fait grandir avec Goscinny dans une France idéalisée des années 1950. 

Sempé a vendu ses premières planches en 1950 à Sud Ouest qu'il signe "DRO" (de "to draw", dessiner en anglais). Depuis le "Petit Nicolas" qu'il a créé en 1959 avec René Goscinny (disparu en 1977), Jean-Jacques Sempé a publié quasiment un album par an et signé une centaine de Unes dans la presse. 
  
VIDEO Revoir notre reportage sur une exposition au Musée Mer Marine de Bordeaux consacrée au dessinateur "Sempé en liberté" en 2019 ►

"Sempé en liberté" au musée Mer Marine de Bordeaux, 200 dessins pour retracer 70 ans de création

Dans son dernier dessin, paru dans le numéro du 4 au 10 août de Paris Match et qui croque un peintre en plein exercice dans un décor champêtre, Sempé avait écrit: "Pense à ne pas m'oublier"...

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité