LÉGISLATIVES 2024. Bulletins de votes, assesseurs... Organiser un scrutin en trois semaines, un véritable défi

Plus sur le thème :

Les agents municipaux se démènent pour que les bureaux de vote soient prêts dimanche 30 juin pour le premier tout des élections législatives. Dans un entrepôt de Bruges, près de Bordeaux, sont réceptionnés les bulletins avant d'être redistribués dans 153 bureaux de vote.

"C'est ici qu'on réceptionne tous les bulletins des différents candidats", explique un des agents municipaux. "Ensuite, on va les trier par nombre de bureaux". Un véritable travail de titan. Ces agents municipaux s'attellent à une tâche colossale. Ils ont en charge les trois premières circonscriptions de la Gironde, ce qui équivaut à 153 bureaux de vote.

Dans un site logistique situé à Bruges, les fourmis s'activent. Le temps presse. Le premier tour des élections aura lieu dans moins d'une semaine. "Là, je mets les bulletins de vote des candidats en fonction du nombre d'inscrits par salle de vote", nous explique un peu plus loin Didier Truetta, lui aussi agent municipal. "C'est physique", reconnaît-il.

"Une question d'organisation et de solidarité"

Pour gagner du temps, les bulletins de vote et enveloppes sont pesés et non comptés un à un. "Ce n'est pas fastidieux, c'est juste un peu chronophage et un peu répétitif", sourit Mylène Baget, responsable de mairie de quartier à la Direction de l'Accueil de l'Accompagnement et Démarches. "C'est le jeu, on s'y colle. Il n'y a pas de souci. On adapte par rapport à nos missions habituelles. C'est une question d'organisation et de solidarité entre les équipes.  Après moi, je trouve qu'on est toujours très bons à travailler dans l’urgence. Ça nous sort un peu aussi de notre quotidien", estime-t-elle.

Et c'est valorisant de se dire qu'en si peu de temps, on a réussi à monter des élections.

Mylène Baget

Responsable de mairie de quartier

A priori, le timing devrait être respecté, car les équipes se sont mobilisées dès l'annonce de la dissolution de l'Assemblée Nationale. "Les agents se sont mis en ordre de marche dès le lundi matin", explique Delphine Jamet, adjointe au maire de Bordeaux en charge de l'administration."Derrière la logistique, vous avez aussi le service qui va enregistrer toutes les procurations, toutes les demandes d'inscription sur les listes électorales. On a donc beaucoup d'agents qui travaillent sur ces élections". À Bordeaux, plus de 9 000 procurations auraient été enregistrées à ce jour. 

Besoin urgent d'assesseurs

"La question maintenant est celle des assesseurs et du recrutement des bénévoles pour tenir les bureaux de vote", poursuit Delphine Jamet inquiète."Il y a un vrai enjeu. Pour les deux tours, il nous en manque encore une centaine. En temps normal, on a 500 présidents et assesseurs à recruter. Et on a trois mois pour le faire avec des campagnes d'affichage, sur les réseaux sociaux, ou avec la presse. Mais aujourd'hui, on a trois semaines".

Donc j'appelle vraiment aux bonnes volontés des Bordelaises et des Bordelais pour s'inscrire sur le site de la Ville de Bordeaux pour devenir assesseur.

Delphine Jamet,

Adjointe au maire de Bordeaux en charge de l'administration

Si le 30 juin, il manque toujours des assesseurs, concrètement les premiers votants seront les premiers réquisitionnés. "Dans ce cas-là, on vous demande en tant qu'électeur inscrit sur les listes électorales de tenir le rôle d'assesseur", conclut Delphine Jamet. "On a le droit de vote et en contrepartie, on a des devoirs".

 

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité