• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Lormont : le ministre de l’Éducation nationale accueilli sous les huées d'une centaine de manifestants

Une centaine d’enseignants manifeste à Lormont. Ils attendaient le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer qui tient ce lundi une permanence ministérielle en Gironde.

Par SP avec AFP

« Jean Michel Blanquer, recalé ». C’est l’un des slogans affiché sur les pancartes des profs venus dire leur mécontentement.
 
Le ministre de l’Éducation nationale vient prendre le pouls en Gironde dans le cadre des « permanences ministérielles ».

Un outil voulu par Emmanuel Macron, à la suite du grand débat et du mouvement des gilets jaunes pour permettre  à tous les citoyens de s’exprimer.  

 
Les professeurs attendent le ministre de l'Education nationale à Lormont / © Cendrine Albo - France 3 Aquitaine
Les professeurs attendent le ministre de l'Education nationale à Lormont / © Cendrine Albo - France 3 Aquitaine


A Lormont, le ministre a eu le droit à un comité d’accueil. Ils sont une centaine en ce lundi apres-midi à l’attendre.

A son arrivée, le ministre les a salués rapidement de la main avant de s'engouffrer dans la salle polyvalente.

 
© Cendrine Albo France 3 Aquitaine 08 06 2019
© Cendrine Albo France 3 Aquitaine 08 06 2019


Une poignée de manifestants a cassé une porte vitrée d'accès au complexe Brassens Camus de Lormont en tambourinant dessus, selon un témoin. 

Ils ont ensuite été refoulés par les forces de l'ordre derrière des barrières, à proximité de la salle.

"C'est un petit nombre de personnes qui cherchent à faire du bruit et qui ne sont pas représentatifs de la majorité des professeurs", a commenté devant la presse le ministre, en déplacement en Gironde.

"Tous les Français doivent avoir une image magnifique des profs, c'est le plus beau métier de la République. Moi je n'ai pas envie qu'une petite minorité donne cette image là", a-t-il dit.
 
"J'ai déjà fait énormément de dialogue, contrairement à ce qui se dit, cette réforme a été faite en consultation avec des milliers de gens et j'ai très souvent rencontré les syndicats enseignants. Du dialogue, il y en a eu et il y en aura. Ma porte est ouverte. Je dois voir les syndicats ces prochaines jours", 

Dans l’académie de Bordeaux, les profs de philo ont notamment fait la « grève » des notes.

 

Sur le même sujet

Un hippopotame pygmée en Dordogne

Les + Lus