Mamans solos et diabétiques : pour elles, le confinement continue

Mamans solos, Marine et Christiane sont dites "à risques" rescapées d’un accident vasculaire cérébral ou diabétique. Pour elles, le déconfinement n’a pas allégé  leur quotidien. Pas d’école ni de vacances, et une vigilance accrue, entre charge mentale et stress lié à la maladie.

Parent solo et à risque, un jeu d'équilibriste pour ces mamans girondines.
Parent solo et à risque, un jeu d'équilibriste pour ces mamans girondines. © Ingrid Gallou / France 3 Aquitaine
La dernière grosse frayeur de Marine remonte à quelques semaines : une crise d’hypoglycémie doublée d’un malaise, au milieu des rayons d’une grande surface. Devant elle, des clients en étaient venus aux mains pour un produit. Un moment de panique et un premier avertissement de son organisme. Etre diabétique, c’est faire partie des personnes les plus vulnérables. Une fragilité exacerbée par le virus.
 

Une course de fond sans aucun relais

 
Marine, 28 ans et Christiane, 47 ans, ont en commun d’élever seules leurs enfants au Bouscat et au Grand parc, à Bordeaux, entre deux piqures d’insuline. Le confinement aura été une première épreuve. Le déconfinement, une seconde. Sans pause pour souffler.

Alors que la France entière s’est déconfinée, les personnes à risque se sentent un peu plus seules et abandonnées.

Pour moi, rien n’a changé. Le confinement est devenu le déconfinement mais la peur est toujours là, encore plus grande, car nous sommes plus exposés.
Christiane, mère de quatre enfants

Toutes deux le savent, dans cette épreuve, elles ne pourront compter sur personne et tomber malade serait pour elles une véritable catastrophe. Marine, maman d’un garçon de 5 ans et d’une fille de 3 ans, n’y va pas par quatre chemins. "Je ne peux pas me permettre d’être malade. Si j’attrape le virus, mon diabète m’obligera à être hospitalisée. Pendant ce temps là, qui s’occupera de mes enfants ? Sans doute seront-ils placés…", anticipe la jeune maman.
 
Même angoisse du coté de Christiane, mère de deux filles et deux garçons. "Je n’ai pas de famille ici à Bordeaux. Si je suis à l’hôpital, où iront mes enfants et avec qui ?", questionne la bordelaise. À côté de sa famille, d'autres questions la hante. "Est-ce que je m’en sortirai ? Avec du diabète et après avoir fait un AVC, pourra-t-on me sauver ?"
 

Confinées tout l’été

 
Car plus de gens dans la rue, c’est davantage de risque de contracter le virus. Alors, les deux familles ont choisi de rester confinées tout l’été. Impossible, tout d’abord, de prendre le risque de renvoyer ses enfants à l’école. Une décision comprise par leur progéniture, inquiète pour leur maman. "Ils savent que je suis à risque et comprennent. Mes enfants ont déjà été très affectés par mon AVC et vivent dans la peur qu’il m’arrive quelque chose, ils sont très protecteurs", raconte Christiane.
."
Et même si le message est entendu, cette décision est une pression supplémentaire pour la famille, et pour la maman, en particulier. "Ma fille me disait ce matin qu’elle aimerait bien aller à l’école mais qu’elle n’avait pas envie que je tombe malade. Ce n’est pas simple pour moi. Les personnes comme nous ont deux fois plus la pression que les autres."
Depuis son appartement bouscatais, Marine peut observer l'aire de jeux pour enfants, en attendant de regoûter aux rayons du soleil.
Depuis son appartement bouscatais, Marine peut observer l'aire de jeux pour enfants, en attendant de regoûter aux rayons du soleil. © Ingrid Gallou / France 3 Aquitaine
Alors, pour rythmer leur quotidien, les deux familles s’astreignent à quelques sorties hebdomadaires et à une discipline de fer. Pour cela, il a fallu éduquer les jeunes enfants au gestes barrières : sortir avec une lingette pour ouvrir les portes et appuyer sur le bouton de l'ascenseur, ou encore, mettre un masque. Marine, de son coté, a déniché de petits masques pour enfants pour rendre plus la pratique plus ludique.
 
Mais à la pression, s’ajoute la fatigue. "On ne se repose jamais !", avoue la jeune femme. Si d'ordinaire, être un parent isolé n'est pas facile, à l'heure du Covid-19, cela s'apprente parfois à une double peine. "Personnellement, je n’ai aucun soutien, déplore Christiane. Malgré mon AVC et mon diabète, même mon propre médecin n’a pas voulu me recevoir. Il m’a seulement proposé de me faxer une ordonnance." 
 
En filigrane, le besoin de se confier et d’échanger entre mamans solos se fait sentir, pour exorciser l’angoisse toutes ensemble. Chacune craint plus que tout une seconde vague. En attendant, les deux mamans tentent de contenir leur stress et leur peur. "Aucun parent n’était préparé pour affronter le virus , notent-elles. Plus que jamais, Marine et Christiane se tiennent prêtes au combat.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société coronavirus santé famille
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter