Tempête Ciaran. Une houle de 9 mètres au large de la Charente-Maritime, Gironde, Landes et Pyrénées-Atlantiques

La tempête Ciaran abordera les régions de la Bretagne dans la nuit de mercredi à jeudi où des vents de 150km/h pourraient être enregistrés sur sa trajectoire. La Nouvelle-Aquitaine va surtout être concernée par la très grosse mer qui va être générée avec une houle de 9 mètres et de nouveaux risques de submersion. Dans son sillage, un autre phénomène tempêtueux pourrait toucher violemment la côte basque dès le 2 novembre.

Une vigilance jaune pour crues et vagues submersion est activée par Météo France sur le littoral aquitain ce mercredi 1ᵉʳ novembre. Dans le même temps, un phénomène de vagues submersion, associé à de très fortes vagues, est attendu.

"Un phénomène extrêmement puissant qui va toucher la Bretagne avec des vents prévus jusqu'à 140-150 km/h à la côte et surtout une très grosse mer qui va se lever avec une houle avoisinant les 10 mètres", explique Thomas Beauquesne, prévisionniste Météo France à Bordeaux.

"La Nouvelle Aquitaine devrait être en grande partie épargnée", et le seul impact conséquent pourrait être que "cette mer va se former avec une houle au large autour de 9 mètres". De façon pratique, le phénomène pourrait ressembler à ce que nous avons connu cette semaine en Aquitaine avec le vent et les gros coefficients de marées. 

durée de la vidéo : 00h00mn11s
{} ©France télévisions

Une deuxième tempête au Pays basque ?

Les données restent encore à affiner comme la trajectoire et la puissance du phénomène. Mais Météo France alerte sur le fait qu'à la suite de la tempête Ciaran, un autre phénomène, que l'on ne peut pour l'heure qualifier de tempête, "va suivre en fond de Golfe de Gascogne". En fonction des scénarios, cette "tempête" pourrait engendrer "des phénomènes violents dans la nuit de jeudi à vendredi et la matinée de vendredi", avec des vents très forts vendredi matin.

Au-delà du vent, de fortes pluies sont attendues entre jeudi et samedi, avec des cumuls pouvant dépasser par endroits les 50mm, soit l'équivalent d'un mois de pluie.

Côté mer, c'est ce qui pourrait être le plus inquiétant, "ça va rajouter de la mer de vent à la houle, qui elle-même va ajouter au creusement de Ciaran..." avance le prévisionniste qui précise néanmoins que d'autres hypothèses de prévisions minimiseraient ce phénomène, c'est pour cela qu'il faut rester très prudent quant à ces prévisions à cette heure. Mais ce pourrait être "un enjeu important pour la côte basque".

C'est pourquoi, ces derniers jours, avec les différentes alertes et vigilances vagues-submersion, la ville de Biarritz, au Pays basque, est en train de déployer son système de protection anti-submersion.