Museum de Bordeaux : le retour tant attendu des spécimens !

Les animaux retrouvent peu à peu leur place dans les galeries. / © Alizé Sibella
Les animaux retrouvent peu à peu leur place dans les galeries. / © Alizé Sibella

Ils font leur retour parfois à dos d’homme. Les grands mammifères retrouvent le Muséum qui achève sa rénovation après une cure de jouvence. L'ouverture au public est prévue pour novembre 2018.

Par CLH et Alizé Sibella

Ils arrivent recouverts de plastique, tous très bien emballés. Certains sont énormes.

Püppchen, l’hippopotame à la sortie du camion encore emballé. / © Gladys Cuadrat
Püppchen, l’hippopotame à la sortie du camion encore emballé. / © Gladys Cuadrat

Une autruche, un mouflon d'Amérique, un guanaco, un bénitier, un crocodile et un esturgeon… Certains de ces animaux sont si volumineux qu'ils ont du être « portés à dos d’homme » jusqu'au deuxième étage, comme nous l'apprend Nathalie Mémoire, directrice du Museum. Des animaux précieux dont il faut prendre le plus grand soin. Ils vont constituer la collection du Museum totalement restauré.


Transportés dans le plus grand stress, cette opération est très périlleuse. C’est dans le plus grand calme qu’ils sont hissés dans leur galerie respective. D’après Matthieu Landreau, régisseur des collections, « la rénovation d'un musée est un long processus. Dès qu'un spécimen est déplacé, il y a un risque de collision et de cassure physique. C'est toujours un stress pour nous ».

Le dromadaire hissé à dos d'homme jusqu'au deuxième étage. / © Gladys Cuadrat
Le dromadaire hissé à dos d'homme jusqu'au deuxième étage. / © Gladys Cuadrat

Parmi les pensionnaires, deux nouveaux : un dromadaire venant du zoo de Thoiry dans les Yvelines et un hippopotame du nom de Püppchen, qui n'est autre que l'ancienne pensionnaire du zoo de Pessac décédée il y a quelque temps d’une occlusion intestinale. Une baleine bleue est présentée pour la première fois dans son intégralité. Accrochée au plafond, elle pèse pas moins de deux tonnes d’os.

Nathalie Mémoire, directrice du Muséum accueille l’hippopotame Püppchen. / © Gladys Cuadrat
Nathalie Mémoire, directrice du Muséum accueille l’hippopotame Püppchen. / © Gladys Cuadrat

D’autres spécimens naturalisés arriveront progressivement et ultérieurement ; ils trouveront sans aucun doute leur place dans les différentes galeries dont la température doit être contrôlée (18 C° avec un taux d'humidité de 55%) pour une meilleure préservation.

Les animaux retrouvent peu à peu leur place dans les galeries. / © Gladys Cuadrat
Les animaux retrouvent peu à peu leur place dans les galeries. / © Gladys Cuadrat

Quant aux autres pièces de la collection non présentées au public, elles seront stockées dans les réserves du Centre de Conservation des Collections à Bacalan.

Fini les vieilles vitrines poussiéreuses !

Le visiteur sera surpris par la diversité des tailles, formes et couleurs présentes en milieu naturel. C'est ainsi que la richesse géographique sera mise en valeur, notamment grâce aux relations privilégiées que Bordeaux a entretenu avec l'Amérique, Madagascar ou l'ancienne Indochine.

Fermé depuis fin 2008

Ouvert dès 1862, le Museum avait bien besoin d’un dépoussiérage. Les travaux de ce magnifique bâtiment datant de la fin du 18e siècle ont commencé en 2015. Le Museum a ainsi subi une rénovation complète et plusieurs agrandissements ainsi qu’une extension de son sous-sol de près de 450m2 qui accueillera les expositions temporaires, qu'il s'agisse des nouvelles acquisitions du musée ou des collections d’autres établissements et musées. Si besoin, le lieu pourra être subdivisé et répondre ainsi à une muséologie en constante évolution. Entièrement rénové, le Museum change d’apparence.

Réouverture en novembre prochain

Le Museum d’histoire naturelle de Bordeaux ouvrira donc ses portes au public le 9 novembre 2018. Entre animaux et fossiles, la collection compte environ 1,1 millions de pièces. Néanmoins, seule une sélection de près de 3500 pièces sera présentées. Grâce à sa riche collection, le Museum d'histoire naturelle est l'un des plus importants de France.


L’environnement mis en avant

Trois thématiques, « La découverte de la nature », « Pourquoi et comment classer ? » et « La place de l’homme » feront la part belle à la collection permanente, qui se situera essentiellement au deuxième étage. Entre zoologie, géologie et paléontologie, le museum plongera le visiteur au centre de la nature qu'il soit simple observateur ou acteur responsable, l'objectif étant bien évidemment d'amener le visiteur à s'interroger sur son rôle et sa relation avec la nature. Des écrans projetés au plafond s’éveilleront plusieurs fois par jour pour un caractère plus immersif afin de découvrir les animaux dans leur milieu naturel. Evasion garantie ! Le spectacle durera quinze minutes. 

Il est prévu que la collection semi-permanente, située au premier étage, change tous les 4 à 5 ans. Elle présentera les richesses transversales et régionales. Pour cela, trois salles d’exposition seront mises à disposition du public sur les thèmes du littoral aquitain où l’on va reconstituer leur environnement naturel, de l’alimentation qui s’intitule « Mange-moi si tu peux ! » et le musée des tout-petits pour les enfants de moins de 6 ans.

Ce Museum se veut à la fois un lieu d'émerveillement, d'information, de débats et d'échanges sur le devenir de l'environnement. Nul doute que la relation de l'homme à l'environnement est ce qui fera le caractère unique de ce nouveau lieu. Pour satisfaire le plus grand nombre, le numérique y sera largement présent. Il ne reste donc plus qu'à patienter quelques mois avant sa réouverture.

Le Museum d’histoire naturelle se situe dans le quartier du Jardin Public : Hôtel de Lisleferme, 5 place Bardineau à Bordeaux. Téléphone : 05 24 57 65 30

Pour plus d’infos :
Leur site Internet et leur Facebook.

On vous emmène dans les coulisses de ce déménagement, voir avec quelle dextérité les animaux sont transportés. Reportage de G. Cuadrat et C. Arfel : 

Muséum histoire naturelle bordeaux Nathalie mémoire Matthieu Landreau
Reportage au sein du Muséum sur le grand retour des plus grands spécimens : interview de la directrice, Nathalie Mémoire et de Mathieu Landreau, régisseur des collections.




Sur le même sujet

Haute-Vienne : les arboriculteurs cherchent des saisonniers pour la récolte des pommes

Les + Lus