• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

“Notre objectif , c'est de créer à Bordeaux la plus grande usine de cellules souches thérapeutiques du monde”

Actuellement, TreeFrog Therapeutics emploie dix salariés à Bordeaux. Les effectifs devraient doubler l'an prochain. / © France 3 Nouvelle-Aquitaine
Actuellement, TreeFrog Therapeutics emploie dix salariés à Bordeaux. Les effectifs devraient doubler l'an prochain. / © France 3 Nouvelle-Aquitaine

Fabriquer industriellement et à grande vitesse des cellules souches. C'est le défi de TreeFrog Therapeutics, une start-up créée à Bordeaux, qui a déjà deposé quatre brevets. 

Par AR

"Notre objectif à long terme, c'est de faire à Bordeaux, la plus grande usine de cellules souches pour traiter des patients dans le monde entier". Voilà l'ambition de la start-up de biotechnologie TreeFrog Therapeutics, selon son directeur général Kevin Alessandri. 
 

Soigner des maladies chroniques et/ou dégénératives 


À terme, ces cellules souches pourront être utilisées dans le cadre de thérapies cellulaires, pour soigner des "maladies chroniques et dégénératives qui pour l'instant n'avaient pas de traitement, comme Parkinson, le diabète, la dégénérescence maculaire, etc...". 

Pour produire un grand nombre de cellules souches rapidement, TreeFrog developpe sa propre technologie, qui repose sur la croissance des cellules dans de minuscules capsules. 

"On va encapsuler un petit nombre de cellules dans un milieu qui leur est favorable. Elles sont protégées, des chocs, ou d'autres éléments mécaniques. Elles vont pousser, et au fur et à mesure remplir l'intérieur des capsules, [...] jusqu'à avoir le nombre de cellules nécessaires pour soigner un patient" explique Maxime Feyeux, président de TreeFrog.
 
Portrait de la start-up TreeFrog, à Bordeaux, spécialisée dans la production de cellules souches
Intervenants : Maxime Feyeux, Président de la Startup TreeFrog, Kevin Alessandri, Directeur général Treefrog Equipe : COULON Gilles, LITVINE Jean-Michel, COLLIN Catherine

Aujourd'hui, la technologie developpé par la start-up bordelaise a atteint le stade pré-clinique. Elle pourrait être utilisée chez les humains d'ici trois à cinq ans. 
  
Pour faire face à la concurrence étrangère, venue des Etats-Unis et du Japon, TreeFrog a déjà déposé quatre brevets.

La jeune entreprise, qui compte actuellement une dizaine de salariés, compte doubler ses effectifs l'an prochain, et atteindre la centaine d'employés d'ici cinq ans. 
 
 


→ Pour aller plus loin : la vidéo de présentation de TreeFrog therapeutics
 
treefrog therapeutics

Sur le même sujet

Remise de drones

Les + Lus