"On a vite fait de se tromper et de monter dans la mauvaise rame". La galère des personnes malvoyantes dans les bus et tramways

Prendre les transports les communs relève du parcours du combattant pour les personnes aveugles et malvoyantes. À Bordeaux, une pétition a été lancée pour que les annonces sonores soient généralisées dans tous les tramways, à chaque arrêt. Les dysfonctionnements sont nombreux.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Quelle ligne prendre ? Suis-je dans la bonne rame ? Pas toujours simple de se repérer dans le réseau de transports en commun de la métropole bordelaise. D'autant plus lorsqu'on est malvoyant. Ne pas se tromper de rame, de sens, descendre au bon arrêt peut se transformer en parcours du combattant. 

Une pétition pour faciliter les trajets aux personnes en situation de handicap, adressée à Kéolis mobilités, gestionnaire du réseau, a été lancée.  Elle comptabilise déjà plus de 450 signatures. Et son instigateur espère que cela ne fait que commencer. " Avec cette pétition, j’attends que Kéolis Bordeaux Métropole mobilité change de position et nous livre une réponse plus satisfaisante ", explique Corentin Bacqué-Cazenave. Notre équipe a suivi le jeune homme et a pu constater de nombreux dysfonctionnements.

Pas assez d'annonces sonores

Dans la ligne de mire de ces personnes touchées par un handicap, les annonces sonores indiquant le tram dans lequel vous montez et son terminus. Certaines stations sont équipées de petits boîtiers installés sur le quai, pouvant être actionnés grâce à une télécommande. Ils permettent d'avoir des annonces sonores sur le quai. C’est-à-dire avant même de monter dans le tram.

J’ai cette télécommande, mais seulement une cinquantaine de stations sont équipées de ces boîtiers.

Corentin Bacqué-Cazenave,

malvoyant et auteur de la pétition

En l’occurrence, il s’agit de stations récentes, comme celles desservies par la ligne D. Il y a vingt ans, lorsque le tram a été lancé à Bordeaux, la réglementation n’était pas la même. À ce jour, seules 51 sur 138 stations en sont équipées. 

Kéolis Bordeaux Métropole Mobilités assure qu’entre 2026 et 2028, une grande campagne va être lancée pour équiper les 138 stations de tram de la Métropole de ces boîtiers sur les quais. " Ce qui paraît long ", regrette Corentin Bacqué-Cazenave. Car en attendant, le quotidien des personnes malvoyantes reste parfois compliqué.

Parcours du combattant

Notre équipe a réalisé le test en activant la télécommande installée station Museum, rue Fondaudège, sur le Ligne D : cela n'a pas fonctionné." Les dysfonctionnements, ça arrive parfois ", a déclaré l'interlocutrice de Kéolis, qui précise par ailleurs que la réglementation date de 2005 et que le gestionnaire du réseau est en règle.

On est dans les clous, après on peut essayer de voir pour aller plus loin dans le confort.

Muriel Ahano,

Responsable relations clients et accessibilités Kéolis Bordeaux Métropole Mobilités

" Aujourd’hui, le vrai manque, c’est en effet le tronc commun entre la ligne C et D où on n'a pas de haut-parleur dehors sur le quai et pas systématiquement d’annonce à l‘intérieur de la rame ", reconnaît Muriel Ahano, responsable relations clients et accessibilité à Kéolis Bordeaux Métropole Mobilités. " Par contre sur le tronc central, aux grosses stations ou celles où s’opère une bifurcation, on a une annonce de la destination dans la rame ". Restent les autres.

Corentin Bacqué-Cazenave a contacté Kéolis Bordeaux Métropole Mobilités. " Ils m’ont suggéré d’utiliser application « Moove it » qui donne en temps réel les arrivées des bus tram et autres avec destinations. Je peux en prendre connaissance, car j’ai un téléphone équipé d’un lecteur d’écran.  Mais c’est le genre d’applications avec lesquelles certains ne sont pas à l’aise ".

Comme les bus et les trams ne sont pas toujours à l’heure, on a vite fait de se tromper et de monter dans la mauvaise rame.

Corentin Bacqué-Cazenave

Auteur de la pétition

Il faut "entendre" arriver le bus

Pour ce qui est du bus, même problème ou presque. Beaucoup d’arrêts sont desservis par plusieurs lianes. " Aucune annonce sur le trottoir, il faut déjà l’entendre arriver quand par exemple sur les boulevards l’environnement est très bruyant", poursuit celui qui a lancé la pétition." Puis il faut demander au chauffeur de quelle ligne il s’agit.
Une fois monté dans le bus, les annonces sont systématiques. "Mais certaines personnes malvoyantes jugent que le niveau sonore n’est bien souvent pas assez élevé et qu’on ne l’entend pas ", poursuit Corentin Bacqué-Cazenave.

Ce problème de niveau sonore été constaté par notre équipe. La solution pourrait être d’installer les émetteurs sur les trottoirs, mais avec 3 500 arrêts sur la métropole, ce n'est sûrement pas pour tout de suite.

durée de la vidéo : 00h01mn48s
Reportage Candice Olivari et Juliette Bisiaux. Montage Nicolas Titonel . Dans cette vidéo intervienne Corentin Bacqué-Cazenave, référent accessibilité et développeur de logiciel chez Index Education, et Muriel Ahano, responsable relations clients et accessibilités Kéolis Bordeaux Métropole Mobilités. Diffusion le 9 janvier 2024 sur France 3 Aquitaine ©France 3 Aquitaine

"On pêche à peu d'endroits"

" Cette pétition, on la reçoit bien, car cela laisse la possibilité d’expliquer ce qui se passe aujourd’hui et surtout ce qui se passera demain ", explique Muriel Ahano. " On est dans un système où il y a réglementation et  on peut, ensuite, aller plus loin. Ce n’est pas si simple. Cela exige des investissements lourds. Nous, nous sommes exploitants, ces investissements, c’est la Métropole qui les porte (…). Aujourd’hui, si on pêche, c'est à peu d’endroits", maintient la responsable relations clients de Kéolis

Notre premier objectif est de mettre en place ces boîtiers sur les quais de toutes les stations du tram du réseau métropolitain entre 2026 et 2028. 

Muriel Ahano

Responsable relations clients et accessibilité à Kéolis Bordeaux Métropole Mobilités

L'opérateur de transports a mis en place un groupe travail, qui œuvre en ce moment avec la Métropole pour trouver des solutions, et notamment "faire en sorte que les annonces soient systématiques à l’intérieur de la rame". La responsable relations clients et accessibilité de Kéolis n’en dira pas plus sur les résultats déjà obtenus de ce groupe de travail ni sur un quelconque calendrier.