VIDEO. Bordeaux renoue (enfin) avec le Tour de France : retour sur une histoire d'amour entre la capitale girondine et la Grande Boucle

durée de la vidéo : 00h02mn05s
Bordeaux est la deuxième ville qui compte le plus d'arrivées d'étapes depuis l'après-guerre. ©France 3 Aquitaine

Jeudi 27 octobre, le tracé du Tour de France 2023 sera dévoilé. On sait déjà que la Grande Boucle retrouvera la ville de Bordeaux, après treize ans d'absence. La capitale girondine est la deuxième ville qui compte le plus d'arrivées d'étapes depuis l'après-guerre.

Le dernier souvenir du Tour de France à Bordeaux date du 23 juillet 2010, lorsque le Britannique Mark Cavendish l'emporte au sprint. Depuis, la grande boucle boude la capitale girondine. Pourtant, Bordeaux est la deuxième ville qui compte le plus d'arrivées d'étapes depuis l'après-guerre. Une histoire d'amour entre le Tour et la belle endormie qui commence le 22 juillet 1950, lorsque l'italien Alfredo Pasotti s'impose au parc Lescure. 

Après cette première pierre, Bordeaux accueillera 39 arrivées successives entre les années 1950 à 1990. Une fidélité liée à l'amitié entre Jacques Chaban Delmas et Jacques Godet, patron du journal l'Equipe.

"J'avais le frisson et le cheveu en brosse!"

Le Tour, comme une grande fête annuelle, surtout quand le vainqueur de l'étape est girondin. En 1974, le coureur Francis Campaner remporte sa première étape devant son public. "Quand on arrive chez soi, tout le peloton le sait, et c'est très difficile de s'échapper. Par contre, la foule vous excite énormément, et ce matin vraiment, j'avais le frisson et les cheveux en brosse, si on peut dire !", réagissait alors le cycliste au micro des journalistes. 

Entre 2000 et 2010, la flamme s'éteint : un seul départ de Bordeaux en dix ans. À l'époque, la cité est en chantier. Les travaux du futur tramway rendent plus difficile la tenue d'épreuves, et compliquent la circulation et le stationnement.

Pierre Hurmic se dit "comblé"

L'organisation du Tour mise plutôt sur les villages et les villes moyennes. La plus grande course du monde offre à ces communes un dynamisme exceptionnel. "C'est bien, parce que tous les hôtels sont complets, les chambres d'hôtes par ailleurs, et les restaurants sont satisfaits dans l'ensemble", se réjouissait Stéphanie Boissy de l'office de tourisme de Villeneuve-sur-Lot en 2000, à la veille de l'arrivée d'une étape du Tour.

Le 7 juillet prochain, la ville de Bordeaux va enfin retrouver le peloton, après treize longues années d'absence. Le Tour posera ses valises dans la capitale girondine pour l'arrivée de la 7ᵉ étape. Le lendemain, le peloton repartira de Libourne. Un passage voulu par le Maire, Pierre Hurmic : "Pour moi, c'est vraiment un bonheur, quand je vois comment réagissent les Bordelaises et les Bordelais dans la rue, les professionnels... Face à cette perspective, je suis doublement comblé comme maire." 

La grande fête populaire revient donc en Gironde cet été, un événement suivi par des dizaines de millions de téléspectateurs. L'occasion pour Bordeaux de renouer sa relation historique avec la grande boucle.