VIDÉO. Séisme en Turquie : comment des détecteurs d'insectes fabriqués à Bordeaux ont sauvé des vies

durée de la vidéo : 00h01mn59s
D’anciens détecteurs d'insectes utilisés à Bordeaux et destinés à être jetés ont été utilisés début février 2023 en Turquie après le tremblement de terre. Ils ont permis de sauver des vies. ©France télévisions

Des détecteurs d'insectes obsolètes ont été utilisés pour détecter la présence humaine dans les décombres des immeubles en Turquie, après le séisme en février dernier. Quinze personnes ont pu en être sauvées grâce à ces appareils.

Dans les régions touchées par le séisme en Turquie, les immeubles sont réduits en poussière, à perte de vue. Mais parfois, de l'espoir renaît dans le chaos. Le 10 février dernier, quatre jours après le tremblement de terre, un homme est extrait des décombres à Antakya. Il a été entendu grâce à un petit boîtier : un appareil initialement conçu pour écouter la présence d'insectes dans le bois.
Derrière ce détecteur, Ali Korkmazer, un ingénieur turc installé en Europe. Il s'est rendu dans son pays natal pour aider les sauveteurs. "Dès notre arrivée, il y avait des alertes venues de partout avec des gens qui entendaient des appels au secours. J'ai nettoyé le sol et posé le détecteur. Tout le monde a fait le silence. Je leur disais : "Pouvez-vous bouger votre main droite ou votre pied gauche pour vous localiser précisément ?", raconte-t-il.

Percevoir l'imperceptible : le concept a été inventé dans une entreprise bordelaise spécialisée dans le bois. "Cet appareil, on va le coller sur la structure et le simple mouvement, très sensible, c'est-à-dire si on met ça sur la table et qu'il y a une fourmi qui se déplace dessus, vous l'entendrez", explique Jean-Luc Koyoumji, chercheur-expert en acoustique FCBA, un centre technique industriel français, chargé des secteurs de la forêt, de la cellulose, du bois-construction et de l'ameublement.

Des détecteurs destinés à être jetés

Ces fameux détecteurs datent des années 1990 et devaient être jetés, car obsolètes. Mais Jean-Luc Koyoumji les a ressuscités : "Le fait que c'était un matériel très particulier et qui a des performances incroyables, bien sûr que ça pouvait servir à autre chose. Et servir à détecter la présence de personne ou bien traquer le moindre bruit dans une construction, ça n'avait jamais servi pour ça, mais là, heureusement, on a eu cette idée et on voit le résultat."

Les détecteurs bordelais sont devenus des anges gardiens : ils ont permis de sauver la vie de 15 personnes dans les décombres en Turquie.