Covid-19 : garder ses distances en vacances, un objectif difficile à atteindre dans les stations balnéaires

Faire rimer festivité avec santé, c'est le défi de l'été des stations balnéaires. A Lacanau, chacun use de pédagogie pour sensibiliser les touristes et faire respecter les gestes barrières.
Seuls le serveur et l'employé chargé de la sécurité ont mis leur masque, alors que la nuit avance et que les grappes de personnes se forment
Seuls le serveur et l'employé chargé de la sécurité ont mis leur masque, alors que la nuit avance et que les grappes de personnes se forment © France 3
En quelques mois, la population canaulaise passe de 5 000 à 80 000 personnes. Et la période estivale, propice aux ambiances festives fait parfois oublier les gestes barrières.


Envie de liberté

Hier soir, les Ogres de Barback donnaient un concert sur le front de mer de la station balnéaire. Dans le public, les masques étaient sur le nez, et les gestes barrières respectés. Pour certain, il s’agit d’un choix imposé.

“Je le porte parce que j’y suis obligée. Ici, c’est obligatoire. Mais il y a de l’air, on n'est pas dans un espace clos donc je ne pense pas qu’il y ait de risque”, explique Christelle, une vacancière.

Mais quelques mètres plus loin, les rues sont pleines de touristes et les masques se font plus rares. “On se sent concernés quand c’est obligatoire. Quand ça ne l’est pas, on prend moins de précautions”, confesse Alexandre, un jeune touriste. 
A Lacanau, de la pédagogie pour faire rimer festivité avec santé ©France 3 Aquitaine



Pas de cadre légal 

Sans cadre légal, les policiers font principalement de la prévention et de la sensibilisation. “À part informer, on a pas de moyen légal pour forcer les gens à porter un masque. J’espère qu’on ne va pas en arriver à sanctionner les gens pour qu’ils se protègent ou protègent leurs familles”, regrette Philippe Wihelm, adjoint au maire chargé de la sécurité. 

Même constatation du côté des commerçants pour qui le Covid-19 est bien une réalité. “Ils se disent, on va se lâcher pendant les deux mois d’été, et nous en face, on est tout le temps obligés de faire attention et de faire notre travail tant bien que mal”, précise Julie Deleuil, gérante de La Favela et du Modjo. Et comme il vaut mieux prévenir que guérir, la ville de Lacanau installera dans quelques jours un centre de dépistage près du front de mer, où chacun pourra aller, sans ordonnance.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société covid-19 santé vacances