Incendie : les pompiers restent mobilisés dans le Médoc

Publié le Mis à jour le
Écrit par C.O

Quatre jours après l'incendie qui a ravagé 1158 hectares dans le Médoc en Gironde, le risque de reprise n'est pas complètement écarté. Les pompiers restent donc mobilisés en attendant que les communes et la DFCI prennent le relais.

Ils sont toujours plus d'une centaine de pompiers sur place. 180 au total : des pompiers girondins ou venus des départements voisins. Leur objectif : empêcher toute reprise du feu.



L'incendie qui s'est déclaré jeudi dernier est le plus dévastateur depuis plus de dix ans. Il a brûlé plus de mille hectares de pinède entre Cissac et Hourtin. La commune la plus touchée est Saint-germain d'Esteuil avec près de 900 hectares partis en fumée. Les autres communes sont moins touchées (60 hectares à Cissac, une cinquantaine d'hectares à Hourtin, 140 hectares à Saint-Laurent).



Demain la pluie est annoncée et attendue. Elle devrait permettre d'aider les pompiers dans leur travail. Ils resteront encore sur place plusieurs jours avant que les communes ou la DFCI (Défense des Forets Contre l'Incendie) ne prennent le relais.

Sur les forêts privées c'est la DFCI, c'est à dire les propriétaires forestiers (terrains non bâtis) qui vont se relayer pour surveiller la zone. Sur les forêts publiques ce sont les agents communaux qui oeuvreront sachant qu'en ce moment c'est la solidarité qui prime. Les uns aideront donc les autres, communes et DFCI se prêteront main forte.



Les pompiers devraient donc rester sur place jusqu'à mercredi.



Voyez le reportage de Gilles Bernard et Thierry Julien à Cissac et Saint-Laurent dans lequel interviennent Colonel Eric Lendres (Chef du groupement nord-ouest Médoc), Jean Mincoy (Maire de Cissac-Médoc), et Pierre Macé (Directeur régional "Défense Forêt Contre Incendie") :

durée de la vidéo: 01 min 42
Quatre jours après l'incendie qui a ravagé 1158 hectares dans le Médoc en Gironde, le risque de reprise n'est pas complètement écarté. Les pompiers restent donc mobilisés en attendant que les communes et la DFCI prennent le relais.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité