Une jument retrouvée morte et mutilée en Gironde

Une jument de 6 ans a été découverte morte samedi dans un centre équestre de Gironde, son corps présentant de "multiples mutilations", a indiqué lundi le parquet de Bordeaux qui privilégie à ce stade des sévices post-mortem
infligés par une "intervention humaine".

    La propriétaire du centre équestre La Grange, à Beychac-et-Caillau, à 30 km de Bordeaux, a annoncé elle-même la macabre découverte sur les réseaux sociaux. 

    "Nous avons malheureusement été victime d'actes de cruauté... (...) Bébé Ganja a perdu la vie.... Les chevaux ont été mis en sécurité, ils sont sous surveillance jour et nuit"

La propriétaire du centre équestre où la jument était en pension.

 
  La propriétaire a découvert samedi le cheval inerte, couché sur le flanc : une mamelle avait été coupé et "toute la vulve et l'anus" ont "été prélevés, manifestement par une intervention humaine au regard de la précision de la découpe", relève le parquet. Un vétérinaire s'est déplacé sur les lieux et divers prélèvements d'urine et de sang ont été réalisés. 

    "En l'état, les causes de la mort de cette jument sont inconnues : l'hypothèse de mutilations post-mortem est privilégiée mais aucune piste n'est écartée notamment celle d'un empoisonnement", ajoute le parquet qui a confié les investigations aux gendarmes de la brigade de recherches de Bouillac. 

    Ces derniers mois, une série inexpliquée de mutilations d'équidés, parfois mortelles, a été observée dans une vingtaine de départements de France, conduisant à l'ouverture de 200 enquêtes. 

    Les motivations des auteurs restent mystérieuses et toutes les pistes sont envisagées : challenge sur internet, dérives sectaires, mimétisme, haine des équidés, rites sataniques...
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature justice société