Cet article date de plus de 3 ans

Peinture, coups de masse, chevrotine : des radars pris pour cibles dans le Médoc

En un mois et demi, cinq radars ont été vandalisés dans le Medoc. Un comportement inadmissible, dénoncé par Samuel Bouju, directeur de cabinet du préfet de Gironde. 
Situé sur la D3 entre Carcans et Hourtin, ce radar est désormais hors d'usage.
Situé sur la D3 entre Carcans et Hourtin, ce radar est désormais hors d'usage. © France 3 Aquitaine
Après des dégradations commises sur cinq radars lors des six dernières semaines dans le Médoc, la préfecture réagit. 

"Les radars rapportent, entre guillemets, 90 millions d'euros à l'Etat, dont 90% sont réinvestis sur les infrastructures routières" détaille Samuel Bouju, directeur de cabinet du préfet, qui rappelle : "il est faux de dire que les radars font des profits pour l'Etat". 

Le préfet de Gironde envisage de déployer d'ici 2020 des radars leurres dans le Médoc pour inciter les automobilistes à freiner.

Ces quinze dernières années, douze personnes sont décédées sur les routes du Médoc. 

Une série de radars vandalisés en Médoc

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité routière société sécurité transports économie