Le Reggae Sun Ska se réinvente le temps d'un été pour pouvoir exister et respecter les règles sanitaires

Pas de foule de plusieurs milliers de personnes cet été. Le festival sera intimiste et acoustique. Pas plus de 100 personnes dans le public, et des conférences engagées autour de l'environnement.
L’interdiction des manifestations de plus de 5 000 personnes jusqu’en septembre avait conduit les organisateurs du festival à annuler dès le mois d'avril la 23e édition prévue début août. Pour autant, le Reggae Sun Ska compte bien exister cet été, mais sous une autre forme. Le format est inédit : les têtes d'affiches se produiront lors de petits concerts accoustiques. 

Concerts assis et acoustiques

"Nous organisons de petits concerts avec une jauge limitée à 100 personnes, 120 si on compte les équipes", détaille Fred Lachaize organisateur du Reggae Sun Ska. "La zone de concert fera 2000 m2 avec toutes les consignes de sécurité. Les concerts seront volontairement assis pour éviter les mouvements et déplacements. Et enfin, les artistes se produiront en acoustique".

Ces concerts auront lieu à Vertheuil dans le Médoc, comme les années précédentes. Il faudra réserver votre place sur internet pour être sûr de faire partie des cent heureux élus. 

"Les artistes ont accepté les conditions financières"

"La crainte  c'était d'avoir une coupure d'un an et de casser une dynamique", explique Fred Lachaize. "Il y avait l'inquiétude d'être sans contact avec le public, les partenaires, les mécènes et bénévoles durant cette durée. Car après pour les faire reprendre c’est difficile. On voulait un discours positif, alors on est là, on est novateurs ! Et les artistes ont joué le jeux et accepté les conditions financières, et produiront en accoustique ce à quoi certains ne sont pas forcément habitués".

Programmation

Tous les jeudi, un concert sera organisé dès le 16 juilet et jusqu'au 13 août. Ils débuteront dès 19h à Vertheuil au domaine de Nodris dans le Médoc. Princesse Erika et Eliasse se produiront en premier (le 16 juilet). Puis De Grands Enfants enchainera le 23 juillet. Le 30 juillet, le groupe Toure Kunda jouera avant l'arrivée le 6 août de Lidiop. Enfin le dernier concert acoustique aura lieu le 13 août avec Tonton David et Joao. Pour acheter vos places, cliquez ici. 

Concert Online pour 4 euros

Si vous ne pouvez, ou ne voulez pas, vous rendre dans le Médoc, sachez que vous pourrez suivre ces concerts sur internet. La connexion vous coutera 4 euros. Renseignements à retrouver sur le site du Reggae Sun Ska.

Temps d'échanges et circuits courts

Parallèlement aux concerts sont aussi organisés des temps d'échanges et de discussion autour de thèmes chers aux organisateurs du festval. "La coopération internationale", le 16 juillet. "L'engagement environnemental" le 23 juillet, puis les circuits courts "je consomme Médoc" le 30 juilet.
"Nous pronons une proximité, les circuits courts", revendique Fred Lachaize. "Nous avons sollicité des partenaires locaux, des châteaux partenaires, les producteurs locaux. Un festival c’est tout un écosysteme. On a l’impression que notre gouvernement a un peu de mal à le valoriser notamment pour les métiers de la culture". Avant d'ajouter, "pour l’instant il n'y a pas de mesures pour les organsitsauers de spectacles, mais ça va arriver." 

Une coproduction mise en place au bon moment

Les finances du festival étaient au plus mal, avant même la crise du Covid 19. "Cet hiver, avant le confinement, on était dans le rouge, le montant est en train d'être determiné", raconte Fred Lachaize. "L'association a été chercher un partenaire. On s'est mis en coproduction avec MA Production. Cela va permettre de ne plus être dans le rouge et d'éponger la dette à moyen terme. C'est aussi l'opportunité de faire rentrer des partenaires".

"Tout ça c'était une évolution logique suite à l'évolution de nos metiers", analyse-t-il. "Il n'y a quasiement plus de festival sous forme associative en France. Financièrement la situation était compiquée car le festival a été viré de la Métropole. Ils nous ont demandé de quitter le campus universitaire en janvier 2018 pour un festival en août avec moins de six mois pour déménager. Le site choisi dans le Médoc devait être acheté par la communauté de communes "Coeur de presqu'île en Médoc". Elle a voulu préempter mais elle s'est retirée au bout d'un an, et au final c'est le département qui vient de l'acheter. Ce qui a couté de l'argent, c'est le fait que l'association a assuré financièrement deux ans de location de 45 hectares. Et les travaux d'aménagement temporaire à chaque édition ont coûté cher (clôtures, entretien, aménagement routier, etc) car la collectivité locale a fait perdre beaucoup de temps". 

La situation, malgré cette 23e édition revisitée cet été, semble s'éclaircire. "Cette coproduction a été décidée avant la crise et heureusement. Sans ce partenaire et sans le positionnement du département, le festival n'existerait plus", résume Fred Lachaize.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival événements sorties et loisirs festival reggae sun ska culture musique