• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Gourvennec, vent d'ouest pour chasser nuages et doutes chez les Girondins

Jocelyn Gourvennec lors du match amical entre Bordeaux et le Milan AC, à Agen le 16 juillet 2016. / © NICOLAS TUCAT / AFP
Jocelyn Gourvennec lors du match amical entre Bordeaux et le Milan AC, à Agen le 16 juillet 2016. / © NICOLAS TUCAT / AFP

Après le mandat mitigé de Willy Sagnol, Bordeaux a décidé de confier son destin au Breton Jocelyn Gourvennec, censé éclaircir son horizon et lui faire rejouer les premiers rôles avec l'aide de deux recrues expérimentées, Jérémy Toulalan et Jérémy Ménez.

Par France 3 avec AFP

"Comme beaucoup de clubs, il y a des cycles positifs et des années un peu sans comme l'année dernière, mais ce n'est pas une fatalité. J'arrive avec mes convictions, mon envie, et ma motivation est de guider tout le monde pour que Bordeaux reparte en haut", souligne l'ex-Guingampais pour qui les Girondins représentent un pas en avant dans son parcours.

Remettre les Marine et Blanc sur le devant de la scène après une saison difficile achevée à la onzième place, c'est la mission confiée au Breton.

Que s'est-il passé depuis 2009 ? 


Car s'il y a six ans les Girondins disputaient un quart de finale de Ligue des champions contre Lyon, soit l'apothéose de l'ère Laurent Blanc sur les bords de la Garonne, un an après le titre de champion de France en 2009, tout est retombé depuis cette élimination.

Pour rebondir, le château du Haillan a dans un premier temps opté pour un sudiste ancien de la maison, Jean Tigana, un choix qui s'est avéré un échec avant de miser sur un nordiste, Francis Gillot, qui a su durer, conquérir une Coupe de France en 2013, mais sans séduire ni être réellement adopté.

Un novice rapatrié d'Allemagne, Willy Sagnol, a pris la suite. Cela a soufflé fort au début, avant de retomber tristement. Limogé, l'ancien défenseur du Bayern a été remplacé en mars dernier par Ulrich Ramé jusqu'à la fin de la saison. 

Qu'en sera-t-il de leur successeur venu de l'ouest, qui a forgé l'En Avant Guingamp, l'a placé sur la carte de l'Europe au prix de miracles à peu de frais, avec un coeur et une qualité de travail loués par tous ? Des qualités qui ont séduit Bordeaux, parti dans un énième cycle, avec un public à reconquérir.   

Séduire à nouveau les supporters 


En guise de bienvenue, le nouveau technicien a été servi lors de son premier entraînement ouvert au public, interrompu par les Ultras bordelais. "Il y avait de la colère par rapport à quelques événements de la saison dernière, il fallait que cela s'exprime", raconte-t-il. "Mais j'ai très bien compris ce qu'ils demandaient, ce besoin de voir une équipe exemplaire, qui se donne".

Lors des entretiens individuels qu'il organise depuis un mois, il a découvert "des joueurs déçus par leur propre niveau de jeu, revanchards, qui ne veulent plus revivre ce qu'ils ont vécu, qui ne veulent plus être critiqués comme ils l'ont été".

Son unique message en guise de réponse : "travailler encore mieux, être plus professionnel, plus rigoureux, plus investi pour que l'équipe ait une cohérence".  

Une composition renforcée avec Toulalan et Ménez 


Pour arriver à ses fins, Gourvennec, accompagné de son fidèle adjoint Éric Blahic, n'a pas l'intention de déroger à ses préceptes qui ont fait recette dans les Côtes d'Armor : gestion de groupe, mentalité de travail, exigence au quotidien, en instaurant un climat de confiance et de partage avec toutes les compétences du club (direction, cellule de recrutement).

Sur le terrain, l'absence de leadership observée ces dernières années l'a poussé à recruter l'expérimenté milieu Jérémy Toulalan, en provenance de Monaco, "une des références de la L1, ce qui n'est pas anodin". 

L'arrivée de l'attaquant de l'AC Milan Jérémy Ménez, "un leader d'attaque, avec des références", doit servir en outre de boosteur à un collectif sans véritable repère depuis le départ du Malien Cheick Diabaté.

Son seul objectif est désormais d'être prêt le 13 août pour la réception de Saint-Étienne. "Chaque semaine, on essaye d'apporter un peu plus de justesse, de cohérence, un peu plus de tout pour réussir cette entame de saison, à domicile, qui conditionnera ensuite le reste", conclut-il. En espérant ramener Bordeaux au premier plan.

Sur le même sujet

Intervention du Procureur de la République de Mont-de-Marsan

Les + Lus