Grève dans les EHPAD mardi : les aides-soignants «maltraités et maltraitants»

Mardi 30 janvier, à l’appel des organisations syndicales, une journée de grève est organisée dans tous les EHPAD de France. Christelle Barbereau, aide-soignante et secrétaire adjointe du syndicat FO 87, dénonce un manque criant de personnel.
© IP3 PRESS/MAXPPP
Mardi 30 janvier sera une journée de grève dans les EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) en France. Les organisations syndicales (CFDT, CGT, FO, SUD, etc.) ainsi que l’association des directeurs d’établissements et de service à domicile, appellent le personnel des EHPAD à se mobiliser pour demander une augmentation des effectifs.

Les syndicats craignent une diminution du personnel, conséquence d'une réforme des EHPAD qui prévoit d'aligner progressivement jusqu'en 2023, les dotations aux Ehpad publics et privés. Cette réforme "qui va se traduire par des suppressions massives de postes, est unanimement rejetée", affirment les dyndicats.

Plus le temps de prendre la main des résidents


Le mouvement de grève vise donc à faire entendre la voix des aides-soignants en EHPAD. Surcharge de travail et épuisement, manque de temps, qualité des soins déplorable, etc: Christelle Barbereau, aide-soignante et secrétaire adjointe du syndicat FO 87, décrit des conditions de travail dégradées:

On manque de temps pour accompagner un résident aux toilettes, pour une douche. Ne serait-ce que pour tenir la main d'un résident : les personnels n’ont plus le temps de le faire.

Selon l'aide soignante, cette situation est la même partout, en Limousin et en France. Les conséquences psychologiques sont néfastes autant pour les résidents que pour les aides-soignants.

Les personnels ont le sentiment d’être maltraités et maltraitants.

Christelle Barbereau, aide-soignante et secrétaire adjointe du syndicat FO 87

 

Une enveloppe budgétaire insuffisante


Face à cette réalité, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé débloquer une enveloppe de 50 millions d’euros, en plus des 100 millions inscrits dans le budget de la Sécurité sociale. Ces 50 millions "vont être donnés aux Agences régionales de santé pour qu'elles puissent accompagner au cas par cas, en fonction des difficultés, les Ehpad qui souffrent aujourd'hui d'un manque de moyens", a indiqué la ministre. Insuffisant selon Christelle Barbereau :

En France il y a 7000 EHPAD publics et privés. Ces 150 millions, ça représente [la création de] 2500 postes. Il en faudrait actuellement 200 000.

La secrétaire adjointe du syndicat FO 87 annonce une forte mobilisation demain devant les agences régionales de santé, les préfectures et les conseils départementaux. Les aides-soignants, comme les directeurs d'établissements sont attendus lors de cette mobilisation.

Les effectifs dans les EHPAD du Limousin
Selon l'agence régionale de santé de Nouvelle Aquitaine, il y avait 6787 postes "équivalent temps plein" (ETP) travaillant dans un EHPAD dans les départements de l'ex-Limousin, en janvier 2017:
  • en Corrèze: 2331 ETP dont 1202 paramédicaux (à savoir les aides-soignants, infirmiers, kinésithérapeute,...)
  • en Creuse: 1 672 ETP dont 827 paramédicaux
  • en Haute-Vienne: 2 784 ETP dont 1 395 paramédicaux
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société