• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Mondial de tonte de moutons : Christophe Riffaud, champion de France de tonte machine

Christophe Riffaud, organisateur du mondial de tonte au Dorat et champion de France de tonte machine / © Margaux Blanloeil
Christophe Riffaud, organisateur du mondial de tonte au Dorat et champion de France de tonte machine / © Margaux Blanloeil

Il concourrait sur ses terres, et il a été sacré champion de France de tonte machine, à l'occasion du mondial de tonte au Dorat, dans la Haute-Vienne. Une compétition dont Christophe Riffaud est l'organisateur. 

Par France Lemaire et Margaux Blanloeil

On le connaissait déjà comme président de l’AMTM, Association pour le Mondial de Tonte de Moutons. On sait désormais que Christophe Riffaud est un grand champion. Il vient de décrocher le titre national en tonte machine.

 

 

Un passage par la Nouvelle-Zélande


Eleveur de moutons au Dorat depuis 2003, il est tondeur depuis 1999. Un métier découvert en aidant les collègues à tondre leurs bêtes, puis en 2000, il part pour la Nouvelle-Zélande : 

là bas c'est une terre de tondeurs, de moutons . La tonte c'est dans leur culture, c'est comme le rugby là bas. C'est incontournable, les gens sont dingues de tonte.


De retour de Nouvelle-Zélande en 2008, il se prend au jeu de la compétition à l'étranger. Il veut montrer que la France a sa place dans ce sport atypique. En 2013, il décroche son premier titre de champion de France. 

Je devais ce titre à tous


Le tout nouveau, celui du Dorat, Christophe Riffaud en est particulièrement fier. D'abord parce qu'il l'a décroché chez lui, mais aussi parce qu'il se sent redevable envers tous ceux qui l'ont soutenu dans ce pari un peu fou : organiser le mondial de tonte au Dorat, et y faire venir 300 tondeurs de 34 nationalités.

Les tondeurs, la population, ma famille, on m'a fait confiance pour organiser un mondial, dans cette petite ville du Dorat de 2000 habitants, alors, je devais ce titre à tous. 

Christophe Riffaud a le succès modeste, et de belles ambitions pour sa profession qu'il défend avec émotion et conviction : 

Le but de ce mondial, c'est de mettre un coup de projecteur sur cette filière, de montrer la richesse de la filière ovine et encourager les jeunes à aller voir ailleurs. J'espère que ça va créer des vocations et je veux que ça change l'image de l'agriculture. 


Pour lui la compétition n'est pas encore finie. Place au concours international





 

A lire aussi

Sur le même sujet

Alter Tour édition 2019

Les + Lus