• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Brexit : les résidents britanniques prennent les devants et demandent des titres de séjour

© Andy Rain/ Maxppp
© Andy Rain/ Maxppp

L'heure du Brexit se rapproche, et les ressortissants britanniques installés en Limousin s'inquiètent de leur avenir. Les demandes de naturalisation sont en hausse ainsi que les demandes de titre de séjour, multiplées par 30 en Haute-Vienne entre 2017 et 2018 ! 

 

Par Christophe Bodin

A moins d'un mois du Brexit, dont la date officielle est fixée au 30 mars 2019, les ressortissants britanniques résidant en France ne savent toujours pas ce que va décider leur pays, si le Royaume-Uni signera ou pas un accord avec l'Union européenne. Une situation délicate pour ceux qui, parfois depuis de nombreuses années, séjournent dans notre région. 

Face à cette incertitude, certains ont opté pour une solution: demander la nationalité française.
En Haute-Vienne, les demandes ont augmenté ces 3 dernières années. En 2016, année du référendum sur le Brexit, 14 demandes de naturalisation avaient été déposées. Dès 2017, ce chiffre était en hausse, avec 59 demandes.  L'année passée, hausse toujours avec 74 demandes pour le département de la Haute-Vienne.

Avec l'approche du Brexit, ces britanniques souhaitant rester en Limousin ont pris leurs dispositions. Pourtant, même sans aucun accord entre le Royaume-Uni et l'Union Européenne, ces résidents pourront continuer à séjourner en France. Le gouvernement a pris des dispositions en ce sens à travers plusieurs ordonnances. La 1ere porte justement sur les droits de séjour et les droits sociaux des ressortissants britanniques résidant France.

Ce texte leur assure, pour une durée d'un an, de pouvoir rester en France sans titre de séjour. Dans ce laps de temps, ceux qui sont en France depuis plus de 5 ans devront faire une demande de carte de résident, les autres une carte de séjour pluriannuelle. Des documents dont la délivrance sera facilité.

D'ailleurs, beaucoup ont anticipé la démarche et d'ores et déjà demandé un titre de séjour, 58 résidents britanniques en Haute-Vienne avaient fait cette démarche en 2017, en 2018 c'était 30 fois plus ! La préfecture a reçu 850 demandes de titres de séjour l'année passée.

Avec ou sans accord, les britanniques devraient ainsi avoir le temps de se retourner. Mais il y a tout de même une nuance non négligeable. Ces facilités de séjour dérogatoires accordées aux britanniques pourront être levées si, de son côté, le Royaume-Uni n'applique pas un principe de réciprocité. En cas de mauvaise volonté, ce seront donc les règles communes qui s'appliqueront, avec comme conséquences, de sérieuses complications des obligations administratives.


 

Sur le même sujet

Retour sur le concert d'Ibrahim Maalouf au Surgères Brass Festival

Les + Lus