• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Haute-Vienne : l’illectronisme, une réalité mais pas une fatalité

Des associations proposent des formations pour apprendre à se servir d'internet. / © F3 Limousin
Des associations proposent des formations pour apprendre à se servir d'internet. / © F3 Limousin

20% des Français ont du mal à utiliser Internet et les nouvelles technologies, hors zones blanches. Un handicap à l'heure de la dématérialisation des démarches administratives. Beaucoup de retraités mais pas que se sentent démunis face à ces outils. On peut toutefois apprendre, à tout âge.
 

Par RD avec MG

Le 17 janvier dernier, le Défenseur des droits Jacques Toubon donnait l’alerte à propos de la dématérialisation généralisée des services publics. Dans un rapport sur le sujet, il rappelait que ce processus ne doit laisser "personne de côté", s’inquiétant notamment pour les détenus et les personnes âgées. Car dans les années à venir, ne pas avoir internet, ou ne pas savoir s’en servir, va devenir un véritable handicap au quotidien.

"Les grandes administrations sont en train de boucler, on enlève des gens et on met des machines à la place. Si on ne sait pas se débrouiller avec le numérique, on va être totalement perdu", estime Jean-Marc Vincent, formateur professionnel pour adultes. Le passage au numérique va même encore s’accentuer dans les années à venir, puisque le gouvernement prévoit le passage de l'intégralité des services publics sur internet à l'horizon 2022.

Or à l’heure actuelle, 13 millions de Français disent avoir des difficultés avec internet. Découragés par les dysfonctionnements techniques et autres délais d’attente, ou tout simplement impressionnés par l’outil internet, 12 % d’entre eux décident carrément d’abandonner leurs démarches administratives.

Pour se former, des associations existent heureusement, même s’il faut parfois patienter sur liste d’attente avant d’en profiter, tant la demande explose. A Panazol en Haute-Vienne, l'association Amis clics propose ainsi des cours quotidiens. Chaque semaine, près de 130 adhérents apprennent grâce à elle les subtilités d'internet et de l'informatique. Personnel soignant, chef d'entreprise, ou employés de l'industrie, le phénomène de l’illectronisme, autrement dit de l’illettrisme dans le domaine de l’informatique, touche tous les profils.

Les administrations veillent elles aussi à accompagner les usagers dans leurs démarches, comme à la préfecture de la Haute-Vienne. Ici, un point numérique a remplacé en novembre 2017 les traditionnels guichets permis de conduire et carte grise. Depuis, des jeunes en service civique sont donc là pour guider les usagers, même si la plupart de ces derniers font désormais tout depuis chez eux, comme en témoigne la baisse de fréquentation : de 250 personnes par jour à une cinquantaine.

 
Haute-Vienne : l’illectronisme, une réalité mais pas une fatalité
Avec : Maria Gonçalves, employée ; Jean-Marc Vincent, formateur professionnel pour adultes ; Danièle, responsable associative ; Marie-Hélène, retraitée ; Mohammmed Benali, 23 ans ; Benoît d'Ardaillon, directeur service citoyenneté préfecture de la Haute-Vienne  - France 3 Limousin - Reportage : Marine Guigné, Frédérique Bordes et Nicolas Stil

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Haute-Vienne : l’illectronisme, une réalité mais pas une fatalité

Les + Lus

Les + Partagés