• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

En Haute-Vienne, les restrictions d'eau se font au cas par cas pour les agricultures

Certains agriculteurs sont autorisés par des arrêtés préfectoraux spécifiques à arroser leur cultures. / © Gwendolina Duval
Certains agriculteurs sont autorisés par des arrêtés préfectoraux spécifiques à arroser leur cultures. / © Gwendolina Duval

Après une première partie d'été où les fortes chaleurs et la sécheresse se sont installées, la préfecture de Haute-Vienne a pris un arrêté mettant en place des mesures de restriction de l'usage de l'eau. Les agriculteurs ne sont pas tous concernés par les interdictions, avec souvent du cas par cas.

Par Thibault Marotte

La réaction de la préfecture de Haute-Vienne ne se sera pas faite attendre. Après plusieurs semaines de fortes chaleurs et où la canicule a duré près d'une semaine dans le département, un arrêté préfectoral mettant en place des restrictions pour l'usage de l'eau a été pris mercredi 8 août 2018.

Les particuliers ne pourront plus arroser leurs plantes et jardins entre 8h et 20h jusqu'au 31 août. De nombreuses autres interdictions concernent les piscines, les nettoyages à l'eau et l'utilisation des puits privés ou des nappes.
 

Des dérogations au cas par cas


Et les agriculteurs dans tout ça ? Des autorisations au cas par cas ont été délivrées. Dans le département, ils seraient une cinquantaine à bénéficier de ces dérogations.

"Les producteurs bénéficient d'arrêtés préfectoraux spécifiques qui leur permettent de continuer à irriguer, pour l'instant", détaille Didier Borrel, directeur de la  Direction départementale des territoires en Haute-Vienne. Certains professionnels disposent de réserves d'eau qu'ils peuvent utiliser à toute heure de la journée.
 
La qualité du maïs s'est dégradée avec la sécheresse. / © Gwendolina Duval
La qualité du maïs s'est dégradée avec la sécheresse. / © Gwendolina Duval
 

Les autres agriculteurs désavantagés 


Pour les autres, c'est une autre histoire.  Lionel Chalaud possède une exploitation de maïs à Eyjeaux. Sans système d'irrigation, il subit de plein fouet la sécheresse des dernières semaines. "Le maïs chez nous vient naturellement", explique-t-il.

Au total, l'agriculteur estime une baisse de sa production entre 20 et 30%. La récolte réservera des surprises et Lionel Chalaud ne peut pas encore totalement anticiper la qualité de son maïs. Une situation qu'il n'est pas le seul à rencontrer. En Haute-Vienne de nombreux agriculteurs subissent déjà les conséquences des températures des dernières semaines.
 
Reportage - En Haute-Vienne, les restrictions d'eau se font au cas par cas pour les agricultures
Reportage : Gwendolina Duval, Nassuf Djailani et Marion Haranger Intervenants : Didier Borrel (Directeur de la DDT 87s), Lionel Lachaud (agricluteur)

A lire aussi

Sur le même sujet

Le concours de peinture du Cadre d'or à Périgueux

Les + Lus