Hyperloop en Haute-Vienne, où en sommes-nous ?

Alors que la  start-up américaine Virgin Hyperloop vient de réaliser les tous premiers essais de train subsonique avec des passagers à son bord, faisons le point sur la piste d’essais de l’hyperloop, portée par la société Transpod et qui devrait voir le jour en Haute-Vienne.
 

L'Hyperloop, moyen de transport ultra-rapide de l'avenir ?
L'Hyperloop, moyen de transport ultra-rapide de l'avenir ? © tdr
C’est un peu l’Arlésienne cette piste d’essais du train à très grande vitesse qui devrait voir le jour sur la commune de Droux en Haute-Vienne. Une Arlésienne qui devrait finir par montrer le bout de son nez comme nous l'assurent les porteurs du projet.

Un petit point d’histoire 

C’est en 2013 que le premier projet hyperloop est lancé aux états unis par Elon Musk (patron de Tesla et SpaceX). 
L’idée, c’est la création d’un train à très grande vitesse. Pour faire simple, des capsules propulsées dans des tubes par des champs magnétiques à une vitesse de pointe pouvant atteindre les 1 200 km/h. Une sorte de pneumatique géant qui transporterait fret et passagers.

160 millions de dollars sont alors levés par l'homme d'affaire auprès d'investisseurs internationaux parmi lesquels la SNCF.

Trois sociétés s’emparent du projet : les américains Virgin Hyperloop One et Hyperloop Transportation Technologies et le canadien TransPod avec sa tête Sébastien Gendron. C’est ce dernier qui va voir le Limousin comme un  nouvel Eldorado.

La course à celui qui ira le plus vite pour proposer des technologies capables d’assoir la conception du premier hyperloop est lancée.
 

La Haute-Vienne

Le projet de Sébastien Gendron est simple : créer une piste d’essais pour l’hyperloop, elle doit faire au minimum 3 kilomètres de long, 30 mètres de large et être parfaitement rectiligne. Et en Haute-Vienne des terrains capables d’accueillir cette piste nous en avons et en plus ils sont bon marché.
Le Limousin se montre particulièrement accueillant, la LGV vient d’être enterrée et l’idée de voir un jour un train qui rallie Limoges à Paris en une heure est particulièrement séduisante pour beaucoup.

En janvier 2018 l’association Hyperloop Limoges est lancée. C’est Vincent Léonie (adjoint au maire de Limoges en charge de l’urbanisme) qui en prend la tête.  
Très vite un terrain est trouvé, il s’agit d’une ancienne voie de chemin de fer située sur la commune de Droux (87). En juin 2018 TransPod annonce les premiers coups de pioche pour l’automne suivant. Le permis de construire est déposé en août, il est validé par la municipalité en décembre 2018.

Contactée ce mardi 10 novembre 2020, Madeleine Saillard, maire de Droux nous confirme au téléphone que le projet est toujours d’actualité mais que pour l’instant les travaux n’ont pas débuté : 

"Moi ce projet j’y crois depuis le début. Pour la commune cela peut apporter des emplois et générer du tourisme, ce qui fera fonctionner nos trois restaurants et notre hôtel." Explique Madame le maire. "Le retard ne m’inquiète pas, quand on analyse bien en 2018 tout s’est accéléré, en août il y a eu la signature du permis de construire, l’année 2019 a été consacrée à la recherche de financeurs, et 2020 est une année de crise sanitaire. Moi je trouve que le projet n’a pas perdu de temps."
 
C'est ici que devrait voir le jour la piste d'essais de l'hyperloop pour Transpod à Droux
C'est ici que devrait voir le jour la piste d'essais de l'hyperloop pour Transpod à Droux © France 3 limousin
 

Pendant ce temps, en Occitanie…

Dans le même laps de temps la société Hyperloop Transportation Technologie a posé ses jalons à Toulouse, avec le même objectif que Transpod, créer une piste d’essais.
Un centre de recherche et développement est implanté sur l'ancienne base militaire de Francazal, au sud de Toulouse en 2017.

Une piste d’essais y  voit le jour en mars 2019. Certes elle est beaucoup plus courte que le projet de TransPod, le tunnel d’essais mesure seulement 320 mètres de long. Mais elle a l’avantage d’exister.
 

Pendant ce temps, à l’autre bout du monde…

Transpod et Hyperloop TT c’est fait ! Qu’en est-il du troisième concurrent Virgin Hyperloop One ?
Et bien lui a choisi de rester dans son pays d’origine. Sa piste d’essais a été très rapidement construite dans le Nevada, elle aussi est bien plus courte que les 3 kilomètres envisagés à Droux par TransPod, elle ne mesure que 500 mètres mais elle est là et bien là.

Elle est tellement là que Virgin Hyperloop a réalisé début novembre 2020 les tous premiers essais d’hyperloop avec passagers. Deux personnes étaient à bord de la capsule, qui sur 500 mètres n’a pas été lancée à 1200 km/h mais à 160 km/h.

Les mauvaises langues pourraient se lever pour suggérer que TransPod accuse décidément un sacré retard par rapport à ses concurrents… "Non" affirme Vincent Léonie (président de l’association Hyperloop Limoges) : "Il est urgent d’attendre pour chacun des compétiteurs. Ce n’est pas pour ça qu’ils sont plus en avance que nous. Chacun a une approche différente. Transpod travaille en ce moment sur des démonstrateurs. C’est comme une course, c’est pas parce qu’on a de l’avance sur les 100 premiers mètres qu’on passera la ligne d’arrivée en premier", ajoute Vincent Léonie.

Quant à Sébastien Gendron, il n’a pas souhaité répondre à nos questions, mais nous a assuré que nous recevrons début 2021 un planning des travaux pour la piste de Droux.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie