Journal d'un nomade confiné : Pascal Nieto, son chien Gaston et son camion à Saint-Priest-Taurion

En mars 2020, alors qu'il entamait une vie de nomade, cet ancien photographe breton se retrouve confiné à Saint-Priest-Taurion, une expérience dont il a tiré un beau livre de photos. Inspiré, c'est naturellement sur les rives du Taurion qu'il vit ce 2e confinement, toujours avec son chien Gaston.
Au départ, c'est histoire de hasard. À l'aube du premier confinement, Pascal Nieto s'offre un camion, vend sa maison et s'engage dans une nouvelle vie de nomade, "pas de plan B, vous vendez votre maison, vous avez envie de vous inscrire dans une vie où la mobilité est un petit peu la clé de voute".

Et mobilité rime avec simplicité, profiter des choses sommaires de la vie et se séparer de quelques incontournables qui l'ont suivi pendant des années, mais peu importe, si c'est le prix à payer pour Pascal Nieto, "à 57 ans, on a accumulé des choses, il a fallu se séparer de tout".

Rouler et s'inspirer

En mars, rouler des kilomètres devient chose interdite et l'ancien photographe s'installe temporairement à Saint-Priest-Taurion, en Haute-Vienne. Un village inspirant puisque Pascal Nieto en tire un livre photos, de ses moments passés ici, accompagné de son chien Gaston. "Correspondance(s) d'un nomade confiné" inspiré directement d'une de ses lectures, "au moins je me levais le matin en me disant, j'ai ça à faire".
 
Enfin, Pascal et Gaston s'en vont, vagabonder sur les routes de France, tant que le virus ne les rattrape pas avec ses restrictions, ses interdictions.

Rouler et se reconfiner

Et puis... le deuxième confinement. Naturellement, c'est au même endroit qu'au printemps dernier Pascal Nieto, privé de ses voyages, pose ses valises, "j'ai trouvé qu'il y avait énormément de chaleur humaine, ça n'a pas été le cas partout en France. Je ne pouvais pas mettre le cap sur une autre destination".
Entre quelques dédicaces pour les habitants de Saint-Priest-Taurion l'ayant reconnu, Pascal profite encore de quelques promenade, à pieds ou à pattes avec son cher ami Gaston.

Encore quelques semaines à tenir dans cette jolie terre haut-viennoise, peut-être source d'une nouvelle inspiration pour le quinquagénaire épanoui.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société covid-19 nature littérature culture livres