La RN 147 : l’une des routes les plus dangereuses de France

Dans la nuit du 10 au 11 mai 2021, une famille, est morte sur la RN 147. Un couple et ses deux enfants. Quatre morts qui viennent s’ajouter à la longue liste des tués sur la RN 147.

© Robin Spiquel

Des chiffres qui font froid dans le dos.

110 kilomètres entre Limoges et Poitiers, via Bellac, 110 kilomètres de RN147, la route la plus accidentogène de la région, l’une des plus dangereuses de France.

Sur la portion haut-viennoise, 21 personnes ont trouvé la mort entre 2006 et 2015, durant la même période, 20 personnes sont décédées sur la partie située dans le département de la Vienne. (source violenceroutiere.fr)

Une route qui génère également des accidents sur les routes départementales qui l’interceptent.

Une étude menée pour la DREAL entre 2010 et 2014, sur la portion haut-viennoise de la RN 147, fait état de 105 accident dont 60 graves, 11 morts.

Une route qui voit son trafic augmenter au fil des ans 8 250 véhicules empruntent la portion de RN 147 entre Limoges et Bellac chaque jour (chiffre DREAL de 2015), en 1995 il n’y avait que 7450 véhicules/jours.

© Source ONISR

Depuis 2015, on avance, mais très peu et très lentement

L’étude préalablement citée, commandée par la DREAL de Nouvelle-Aquitaine, pour le projet d’aménagement de la route, a été rendue en novembre 2018, mise à jour un an plus tard. Les derniers chiffres sur lesquelles elle s’appuie datent de 2015. 

© Robin Spiquel

De 2016 à 2018, la Direction Des Territoires de la Haute-Vienne a recensé 16 accidents sur la portion Haut-Viennoise de la RN 147, 3 morts, 9 blessés hospitalisés. 

Pour que cesse cette hécatombe, la seule solution, même si elle repoussée par certains (la maire de Poitiers par exemple), semble être une autoroute entre Limoges et Poitiers. Un passage en deux fois deux voies de l'axe dans sa globalité.

Et c’est ce que réclament bon nombre d’usagers. Après l’accident dramatique qui a décimé une famille le soir du 10 mai 2021, le président de l’association des commerçants du Haut-Limousin en Marche, Hervé Ritter, en était presque a supplier l’Etat de construire une autoroute. "Sur une autoroute on plante rarement des arbres, les sangliers ne traversent pas, il y a des grillages. Une autoroute n’aurait peut-être pas évité l’accident, mais elle aurait évité les morts."

Des grandes lignes droites, ou il est facile de prendre de la vitesse, des virages dangereux, une visibilité très restreinte, des traversées de bourgs, et surtout une route que doivent se partager automobilistes et chauffeurs routiers. Des camions qu’il est trop souvent tentant de doubler, même sur une ligne blanche, même sans aucune visibilité pour certains.

Une autoroute ? Ou en est-on ?

Et bien on en n’est pas encore là, on en est même loin.

Pour le moment, les seuls aménagements prévus sont ces 6 kilomètres de 2X2 voies à la sortie de Limoges, deux créneaux de dépassement, d’un seul petit kilomètre chacun, et la déviation de Lussac-les-Eglises. Ce qui laisse plus de 90 kilomètres de danger.

Pour Pierre Massy il est temps d’avancer, vite et efficacement, et pour cela il n’y a selon lui qu’une solution, celle de l’autoroute concédée. "Si on attend que les fonds viennent de l’Etat, on peut attendre 100 ans."

Le coût d’une 2X2 voies entre Limoges et Poitiers dépasse en effet les 850 millions d’euros. Pour faire simple, s’il s’agit d’une autoroute concédée, la note sera divisée par plus de la moitié pour l’Etat, qui ne financerait alors que 400 millions d’euros, les 450 autres étant à la charge du concessionnaire privé.

C’est d’ailleurs ce choix qui a été fait pour l’autoroute Toulouse-Castre actuellement en construction.

Le 17 mai 2021, une nouvelle réunion est prévue à ce sujet avec la préfète de Nouvelle Aquitaine. Il s’agit de lui présenter le document qui sera transmis en juin au ministre des transports Jean-Baptiste Djebarri.

À noter que la RN 147 est une portion de la célèbre RCEA, la Route Centre-Europe-Atlantique, qui traverse la France en deux. Elle est surnommée la route de la mort par les routiers, tant les accidents mortels y sont nombreux. Et ses portions les plus accidentogènes sont celles qui ne sont pas encore en 2X2 voies, la RN 147 entre Limoges et Poitiers et la RN 79 dans l’Allier.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aménagement du territoire environnement transports économie accident faits divers