• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Les sans-abris installés dans les anciens locaux du CRDP à Limoges plus que jamais menacés d'expulsion

Les anciens locaux du CRDP sont en passe d'être refaits à neuf pour accueillir des étudiants en 2019. / © Isabelle Rio
Les anciens locaux du CRDP sont en passe d'être refaits à neuf pour accueillir des étudiants en 2019. / © Isabelle Rio

Cela fait 3 mois que plusieurs familles, dont la plupart sont sans-papiers, vivent dans les anciens locaux du CRDP à Limoges. Mais les bâtiments appartiennent à la région Nouvelle-Aquitaine et doivent être rénovés à partir de septembre. 

Par Thibault Marotte

La situation se complique pour les sans-abris installés dans les anciens locaux du CRDP à Limoges. Cela fait 3 mois qu'ils vivent en communauté sans aucune autorisation concrète des autorités. Un bâtiment désaffecté depuis 8 ans. Mais ils sont menacés d'expulsion par des travaux prévus pour début septembre.

Grâce à l'aide du collectif Chabatz d'Entrar, l'électricité et l'eau ont été remis. Les salles de cours ont été transformées en logement où la vie s'est organisée. Plusieurs meubles ont été également amenés.
 

Une solution qui s'impose


Le collectif Chabatz d'Entrar dénonce un manque d'action de la part de l'Etat. L'occupation des anciens locaux du CRDP s'est imposée comme un choix logique et rationnel. "Le 115 n'est pas en mesure de répondre à l'ensemble de sollicitations. Nous demandons à ce qu'il y ait un lieu d'hébergement perenne", explique Stéphane Lajaumont, du collectif Chabatz d'entrar.

De nombreuses familles risquent de se retrouver à la rue. Pour certains, la volonté de se fondre dans la vie de la ville est réelle. "Je crois pertinemment que j'ai des chances à l'avenir pour m'intégrer dans la société française, d'être productif. On veut être actif pas passif", affirme Mohamed Hadj, l'un des résidents du logement éphémère, originaire d'Oran et professeur d'anglais.
 
Mohamed Hadj avec sa fille dans le logement qu'il a aménagé dans une ancienne salle de classe. / © Isabelle Rio
Mohamed Hadj avec sa fille dans le logement qu'il a aménagé dans une ancienne salle de classe. / © Isabelle Rio
 

Des travaux prévus pour septembre


Mais la menace de la région Nouvelle-Aquitaine plane plus que jamais sur la tête des habitants temporaires. Propriétaire du site, elle a prévu des travaux qui doivent débuter à la fin des vacances d'été. 

Une procédure d'expulsion a été entamée à l'encontre des occupants. 900 étudiants en formation de santé doivent faire leur rentrée en septembre 2019. "Dès le début, j'étais à la première réunion, on leur a dit qu'on devait récupérer le bâtiment dès le début du mois de septembre pour commencer les travaux de sondage", assure François Vincent, conseiller régional.

Le Tribunal administratif examinera la demande d'expulsion le 29 août 2018. Les habitants sont dans l'attente. Aucune solution ne leur a pour l'instant été proposée s'ils étaient amenés à quitter leur logement. 
 
Reportage - Les migrants installés dans les anciens locaux du CRDP plus que jamais menacés
Reportage : Isabelle Rio, Mary Sohier et Sophie Spielvogel Intervenants : Mohamed Hadj (Résident), Stéphane Lajaumont (Collectif Chabatz d'entrar), Roger Normand (Ligue des droits de l'homme, Collectif Chabatz d'entrar), François Vincent (Conseiller régional)

Sur le même sujet

Cognac : le Poitou-Charentes veut vendre son tourisme authentique aux Chinois

Les + Lus