Assises de la Haute-Vienne : neuf ans et deux ans de prison ferme dans l'affaire d'extorsion et de violence avec arme à Saint-Junien

Le procès des deux hommes impliqués dans une affaire de séquestration et violences avec arme survenue en 2019 à Saint-Junien s'est terminé ce vendredi. Les deux accusés ont été condamnés à 9 ans et 5 ans de prison. Ils ne devraient pas faire appel du verdict.

La Cour d'Assises s'est prononcée dans une salle d'audience presque vide, en l'absence des trois victimes. La décision satisfait malgré tout l'unique partie civile représentée pendant ce procès.

"Ca me semble tout à fait approprié comme peine. Je suis heureuse que les réquisitions aient été dépassées pour l'auteur principal et minorées pour le complice. Je pense que cela correspond parfaitement aux faits et aux personnalités des deux accusés" explique Me Nathalie Préguimbeau, avocate de la partie civile.

Pour rappel, l'avocat général avait requis 7 et 5 ans de prison. 

S. Atoucouman est reconnu coupable des trois chefs d'accusation d'extorsion avec arme, violence avec arme et dégradation.

Ce 2 mai 2019, c'est lui qui a agressé et séquestré plusieurs individus, usant d'un chalumeau et d'un cutter.

Décrit comme "psychotique" et "violent", il est condamné à 9 ans de prison ferme.

Au delà de cette image qui est effectivement effrayante et un peu agressive, au final, il y a juste un jeune homme qui a eu un parcours de vie chaotique et qui n'avait absolument aucun repère. La détention va lui permettre de développer ces repères, de revenir dans la vie normale au final.

Me Arnaud Toulouse, avocat de la défense.

 

Son complice, A. Jousseau, écope lui de 5 ans de réclusion, dont trois avec sursis probatoire. Il ressort donc libre de son procès.

"Je pense que c'est bien adapté à sa personnalité. Il a déjà fait pratiquement deux ans de détention, ce qui est important quand on a 23 ans. Sa place ce n'est pas en maison d'arrêt. Je pense que ce qui est important, c'est de pouvoir se réinsérer et socialement et professionnellement" confie Me Gisèle Claude-Lachenaud, avocate de la défense. 

Après l'annonce du verdict, aucun des deux accusés n'avait l'intention de faire appel de sa condamnation.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité