À chœur lyrique de Limoges vaillant, rien d’impossible durant le confinement

Alors que se profile, peut-être, le retour de certains spectacles le 15 décembre prochain, d’autres ont du se métamorphoser pour tout de même exister. Ainsi le chœur de l’Opéra de Limoges, qui « fait l’acteur » sur Internet !…
 
Non, ce n'est pas la nouvelle recrue du CSP, mais un chanteur du choeur de l'Opéra de Limoges, en plein tournage pour des clips de la chaîne Youtube de l'Opéra.
Non, ce n'est pas la nouvelle recrue du CSP, mais un chanteur du choeur de l'Opéra de Limoges, en plein tournage pour des clips de la chaîne Youtube de l'Opéra. © JM Arnal/France Télévisions
C’est bien connu, « The show must go on » ! C’en est même tellement immuable, que c’en est même souvent indécent.

Mais pas cette fois, enfin, pas en 2020. Le Coronavirus, durant les deux confinements, et au-delà, a fait ce que personne ni rien n’avaient auparavant.
Pour autant, la culture et ses acteurs, bien qu’empêchés, bien qu’en souffrance, ne se sont pas arrêtés.

Toutefois, que ce soit durant les répétions, durant les spectacles, virtuels ou non, il était quasi impossible de faire comme avant. Comme avant la distanciation, comme avant les gestes barrières…

Imaginez par exemple le chœur de l’Opéra de Limoges
Vingt-huit chanteuses et chanteurs…
Serrés…
Compacts…
Vingt-huit aérosols potentiels…
Et sur les plus grands airs, la puissance de leur talent…
Impensable aujourd’hui !

Et même si l’Opéra compte rouvrir au public le 16 décembre prochain, le spectacle où le chœur intervenait le 5 décembre était lui à l’eau.

Alors ce chœur s’est repensé, pour se métamorphoser.
Le spectacle a été revu, décomposé et sorti de l’Opéra, afin d’être capté en clips.

Tout d’abord, il a fallu changer le répertoire, pour l’adapter aux contraintes. Car avec les distances, les chanteurs passent quasiment du chœur à solistes. Des poèmes protestants du XVI siècle, chanté à cappella, y ont pourvus.
Ensuite, les chanteurs sont devenus comédiens à part entière, bien loin de leurs habituelles prestations scéniques, pour des tournages dans douze lieux de Limoges. Le Musée des Beaux-Arts, ou encore Beaublanc, ont ainsi servis de décors.
Enfin, de retour chez eux, sur LA scène, ils ont enregistré leur partitions, dans des conditions une nouvelle fois très différentes de l’accoutumé.

Ces clips ne sont pour l’instant destinés qu’à la chaîne Youtube de l’Opéra, même si son directeur n’exclut pas de leur donner une autre vie. Ils seront visibles à partir du mois de janvier 2021.
À chœur lyrique de Limoges vaillant, rien d’impossible durant le confinement
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
opéra culture musique covid-19 santé société